Les jardins d'Hélène

litterature jeunesse

Constance et les pirates - Pierre Le Gall et Eric Héliot

20 Mars 2008, 13:15pm

Publié par Laure

constance-et-les-pirates.jpgConstance et les pirates est le troisième volume des aventures de la petite Constance et de son chat Miniature, série fétiche de Mosquito, qui grandit au fil de ses parutions. 

Nous avions eu un vrai coup de cœur pour le premier, drôle, vif, décalé, moqueur. A l’époque, Mosquito ne savait pas lire, seulement son prénom qui est aussi celui de la couverture, et le nom du chat, Miniature, donc.

Le deuxième tome nous avait un tout petit peu déçues (Clarabel en parle ici), car le chat était peu présent dans l’album, normal puisque la fillette avait été expédiée en pension par ses parents, et ce que Mosquito aime par-dessus tout, c’est le couple infernal de Constance et de son Miniature.

Voici le tome 3, tout frais tout neuf, qui embarque notre Constance sur un bateau… de pirates ? Maintenant, Mosquito sait lire toute seule, depuis quelques semaines à peine, et ce volume-là, elle l’a lu toute seule, à voix haute, pour moi !

Constance doit rendre visite à son oncle qui est marin, ce qui l’ennuie profondément. Pendant la réunion de famille, elle échappe à la surveillance de ses parents, et embarque à bord d’un paquebot où elle va vivre mille aventures disons… farfelues.

Le principe est toujours le même : un texte qui nous dit quelque chose, et une illustration qui nous montre son contraire. Ainsi le bateau de pirates ressemble plutôt à un navire qui transporte des cargaisons de robots-jouets, mais que ne ferait-on pas avec l’imagination débordante d’une petite fille ? Et puis ils sont vraiment horribles ces pirates, la preuve : ils la ramènent à ses parents ! Le gros matou a toujours une bouille aussi expressive, la petite Constance est toujours aussi peste, bref, on a une tendresse particulière pour cette série !

 

Hachette Jeunesse, février 2008, non paginé, prix : 8,50 €

Ma note : 4/5

Crédit photo couverture : auteurs, éditeurs, et Amazon.fr

Voir les commentaires

La glu - Mathis

26 Janvier 2008, 10:38am

Publié par Laure

Sélectionné pour le Prix Tam-Tam 2007, dans la catégorie J’aime Lire (7-11 ans), ce petit roman a remporté le Prix, décerné par les enfants qui ont voté via le magazine.

 

la-glu-copie-1.jpg Lucas en a marre que son petit frère, de 4 ans son cadet, le suive partout et veuille tout faire comme lui. Mais depuis la mort de leur père, il n’a pas le cœur de rejeter ce petit frère envahissant, il l’a juste surnommé la Glu. Un soir, la Glu veut dormir avec son frère, parce que dans sa chambre, il entend du bruit, « quelqu’un qui respire ». Leur mère a un nouveau compagnon, Hugues, ce n’est pas le premier et Lucas pense que ce ne sera pas non plus le dernier. Pourtant, il est bien sympathique ce Hugues. Un soir Lucas, lassé par son frère pot de colle finit par aller lui piquer son lit, il se met aussi à trembler de peur quand il entend « le bruit ». Hugues saura prendre les choses en main, pour cette petite frayeur que je ne vous dévoile pas !

Alors même s’il râle ce grand frère, il ferait tout pour protéger son cadet !

 

Les autres titres sélectionnés pour ce prix en 2007 dans la catégorie J’aime Lire (7-11 ans) :

 

Ed. Thierry Magnier, coll. Petite Poche, mai 2007, 47 pages, prix : 5 €

Ma note : 3,5/5

Crédit photo couverture : éd. Thierry Magnier

Voir les commentaires

L'expulsion - Murielle Szac

25 Janvier 2008, 10:37am

Publié par Laure

expulsion.jpgUn court roman de la collection Petite Poche de chez Thierry Magnier, pour lire comme les grands, dès 8 ans. Ce titre était sélectionné pour le Prix Tam-Tam 2007, dans la catégorie J’aime Lire (7-11 ans), avec 3 autres titres (voir plus bas).

Bintou a toujours rêvé de passer à la télé, mais maintenant que c’est chose faite, elle aurait préféré que ce soit pour d’autres raisons… Un matin, la Police arrive pour faire évacuer son immeuble, insalubre. Mais où vont-elles aller, toutes ces familles immigrées? L’expulsion est « ratée » car un comité du quartier, parents, enseignants, manifeste devant l’immeuble pour empêcher la Police d'accomplir sa mission.

Un court roman qui interroge sur notre société, la capacité de se mobiliser pour une cause ou au contraire l’immobilisme ou l’indifférence, et qui montre aussi l’importance de l’école pour ces enfants, leurs amitiés, leur intégration.

Un roman des villes ? Les enfants des campagnes seront-ils touchés, comprendront-ils de quoi il s’agit ? (Je pense aux élèves que je reçois régulièrement). A ne pas lire trop jeune peut-être, quand on connaît déjà un peu l’actualité autour de soi.

 

Les autres titres de la sélection (romans)Tam-Tam J’aime lire 2007 :

Ed. Thierry Magnier, oct. 2006, 47 pages, prix : 5 €

Ma note : 3/5

Crédit photo couverture : éd. Th. Magnier

Voir les commentaires

Le petit poussé - Etienne Beck

18 Janvier 2008, 10:39am

Publié par Laure

petit-pousse.jpgLe petit Poucet, vous connaissez tous : on vous l’a lu enfant, ou vous l’avez lu vous-même à vos enfants. Mais le petit Poussé, vous connaissez ? C’est presque le même mais revu de façon joliment impertinente. Et moi j’adore. Ça commence ainsi : « il était un bois… » [page suivante] « où coupaient du bois un bûcheron et une bûcheronne qui s’étaient reproduits à une allure vertigineuse. » Ce couple de bûcherons a 7 enfants, et pas de bol, 7 garçons. Le tout dernier, c’est le Petit Poussé, surnommé ainsi car tout le monde le pousse tout le temps, même les animaux. (et Petit, parce qu’il est petit, voyons). Après, on retrouve l’histoire plus classique : les vilains parents les abandonnent dans la forêt, mais comme les chutes du Petit Poussé ont laissé des traces, les enfants retrouvent leur maison. Au deuxième essai, ça se gâte : « Mais malheureusement, les sangliers s’étaient roulés partout et avaient effacé toutes les traces. Zut alors ! » Après, ça se complique. Y a un ogre, des lieus noirs (les poissons) qui foutent le souk avec les bottes de sept lieues, le Petit Poussé (le nôtre) qui rencontre le Petit Poucet (l’Autre), et si c’est délirant, faut quand même réussir à suivre hein J

Un bel album, au format carré adéquat, avec plein de pages (circa 156 p. dit ma notice bibliographique, y en a un qui a dû s’amuser à les compter vu que le livre n’est pas paginé), des dessins très colorés, plutôt modernes et stylisés, et qui répondent parfaitement au texte. Si j’aime moyen les illustrations, j’adore le conte détourné ! Mais l’ensemble est d’une cohérence telle qu’on est obligé d’aimer le tout !

Cet album s’adresse à des enfants déjà grands, parce qu’il suppose des connaissances : le conte classique d’abord (et pas seulement le Petit Poucet, d’autres aussi !), c’est mieux pour apprécier le coup de balai, et puis un tas d’autres référentiels, l’orthographe entre autres (Poussé/Poucet, lieu/lieue) et le vocabulaire des cours de récré, pour exemple cet extrait : « Il nous suffit de suivre les traces provoquées par mes chutes répétées et nous arriverons chez nos géniteurs. Devant l’incompréhension générale, il leur tint à peu près ce langage : suivez-moi, je connais le chemin ! – cool… firent les frères, qui étaient bien braves, mais un peu limités au niveau du vocabulaire. » Sur ce la chouette pique sa crise dans son tronc d’arbre : « c’est pas bientôt fini ce boucan ! Bande de débiles ! »  (Car elle a, elle aussi, un vocabulaire assez limité).

Bref, impertinent vous disais-je. Et en cela génialissime. Bravo M. Beck ! J’en veux encore !

 

Ed. Naïve, 2007, prix : 15 €

Ma note : 4,5/5

Crédit photo couverture : éd. Naïve et Amazon.fr

Voir les commentaires

Tu seras la risée du monde - Jean-Paul Nozière

3 Janvier 2008, 15:45pm

Publié par Laure

risee-du-monde.jpgJ’avais lu il y a quelque temps Mais qu’est-ce qu’on va bien faire de toi ? de Jean-Paul Nozière, sans savoir qu’il y avait un volume précédent : Tu seras la risée du monde. Même personnage donc, Camille, dit Fanfan, qui préfère de loin son surnom à son prénom qui fait fille, et son gros gros souci : l’énurésie. Car Fanfan fait encore pipi au lit à 12 ans, sans qu’il y ait de raison particulière. Dans ce premier volume on suit donc notre Fanfan de 6 à 12 ans, qui emménage à la campagne avec ses parents instituteurs et son grand frère Gus. A cause de son « problème », il retardera son entrée au collège, et se croit anormal. De 9 à 12 ans, c’est aussi l’âge des questions sur les choses de la vie, et la campagne est un terrain d’observation idéal qui ne plaît pas toujours à ses parents, qui surveillent de près son vocabulaire et ses fréquentations. 
Drôle et naïf, grave et tendre à la fois, c’est un roman « confessions » sympathique, mais j’ai préféré sa suite, lorsque l’on retrouve Fanfan au collège et qu’on le suit de 12 à 15 ans, car cette première partie (6-12 ans) me semble un peu trop accentuer le souci du « pipi au lit » sans vraiment lui apporter de solution, répétitif, comme une obsession qui peut obnubiler le personnage, on l’imagine bien d’ailleurs, mais qui occulte un peu trop le reste.

 

Ed. de la Martinière Jeunesse, coll. Confessions, mars 2004, 203 pages, prix : 8,50 €

Ma note : 3/5

Crédit photo couverture : éd. de la Martinière et Amazon.fr

Voir les commentaires

Moi, je sais tout sur le Père Noël - Nathalie Delebarre et Aurélie Blanz

21 Décembre 2007, 16:17pm

Publié par Laure

En ces derniers jours de l’Avent, j’admire toujours les blogueuses qui chaque jour nous présentent un album de Noël, je ne suis ni aussi organisée, ni aussi inspirée. Bravo à elles, de nous rappeler toutes ces belles lectures de Noël !

 
undefined


Un album nous a séduites cette année, Mosquito et moi, c’est celui de Nathalie Delebarre et Aurélie Blanz : Moi, je sais tout sur le Père Noël (Na !!)

 

Parce que voyez-vous, Mosquito a 6 ans ½, et des grands frère et sœur qui s’amusent à la faire tourner en bourrique en lui répétant à longueur de décembre que le Père Noël, ça n’existe pas ! Mosquito n’aime pas qu’on la prenne pour une andouille ni qu’on lui enlève ses rêves. Mosquito sait bien que les Pères Noël dans la rue sont des faux, des messieurs déguisés, parce que le vrai Père Noël, on ne le voit jamais, Mosquito sait bien que le Père Noël lit sa lettre, puisqu’il lui répond (merci tous les petits lutins postiers de Libourne), mais Mosquito voit aussi que dans les magasins il y a des tas de jouets et des tas de gens qui en remplissent leurs chariots, parfois même avec leurs enfants dedans. 

Alors peut-être que ses frère et sœur ont raison, peut-être que le Père Noël n’existe pas ? A chaque argument avancé par les grands, cet album vous fournit une réponse pleine d’humour et de feinte naïveté. Bref la magie est entretenue et correspond bien aux enfants qui sont justement entre deux âges (ou qui ont des sales grands frères rabat-joie) : clouons leur le bec à ces grands idiots, bien sûr qu’il existe le Père Noël, nan mais !

 

« Les grands disent que le Père Noël n’existe pas. Mais moi, je ne les crois pas. Parce que si le Père Noël n’existe pas, qui apporte les cadeaux chaque année ? »

 undefined


« Les grands disent que le Père Noël n’a pas le temps de lire les lettres de tous les enfants. Il y en a beaucoup trop. Mais moi, je sais qu’il le fait, parce qu’il ne se trompe jamais de cadeau. »

 
undefined


 "Les grands disent que ce sont les petits qui croient au Père Noël. Mais moi, je sais qu’ils se trompent. Parce que si le Père Noël n’existe pas, pourquoi en parlent-ils tout le temps ? " 

 

La lecture de : Malice

 

Gautier-Languereau, nov. 2007, prix : 11 €

Ma note : 4/5

Voir les commentaires

Un monde de cochons - Mario Ramos

24 Octobre 2007, 20:03pm

Publié par Laure

Texte et illustrations de l’auteur.

 

monde-de-cochon.jpg Ce petit roman jeunesse, je l’ai choisi pour moi, parce que la couverture et le titre m’amusaient, ces empreintes de doigts à l’encre noire cochonnant le titre, et parce que j’aime bien ce que fait Mario Ramos en général… mais à peine rentrée à la maison, je me le suis fait piquer par Mosquito, qui l’adore ! On le lit, on le relit, et on aime ça !

Un petit nouveau arrive à l’école, il s’appelle Louis. Le directeur le présente à la classe. Mais Louis est différent, il a l’air méchant, ses petits camarades ne s’intéressent guère à lui. Il faut dire que Louis est le seul….LOUP dans une école de COCHONS !

Heureusement, il y a Fanfan, un petit cochon qui va sympathiser et jouer avec lui à la récré. Un matin, Louis ne vient pas à l’école, il est malade. Fanfan lui rend visite, et rencontre sa grand-mère loup, qui a de grandes dents…. Alors quand elle va chercher sa hache… on commence à trembler ! Mais grand-mère loup va seulement chercher du bois.

Louis finit par se confier à Fanfan : il a très peur d’aller à l’école, une peur qui le rend malade, parce que sur le chemin de l’école, il doit passer devant la maison DES 3 GROS COCHONS, et ça vraiment c’est au-dessus de ses forces. Mais Fanfan va l’aider à monter une ruse pour calmer les 3 méchants cochons qui jouent à terroriser le loup…

 

Mouche, de l’école des loisirs, c’est une collection pour les enfants qui aiment déjà lire tout seuls. Mosquito ne sait pas encore lire toute seule (ça viendra vite je crois !) mais elle a adoré se blottir contre moi pour écouter cette histoire. Et elle ne veut plus le rendre à la bibliothèque… Et moi qui l’avais pris pour moi, enregistré sur ma carte et non sur la sienne car ce n’est pas elle que je pensais en l’empruntant, j’ai aimé ce détournement d’office par la demoiselle. Je crois qu’il m’est désormais interdit de rapporter un livre jeunesse à la maison sans le passer à Mosquito, trop habituée à ce que je revienne les bras chargés, même si ce ne sont pas des formats albums ! Ah ces filles, elles mènent le[ur] monde !

 

Ecole des Loisirs, coll. Mouche, mars 2007, 50 pages, prix : 7 €

Ma note : 4/5

Crédit photo couverture : EDL et Amazon.fr

Voir les commentaires

Le rendez-vous de la petite souris – Christine Naumann-Villemin et Marianne Barcilon

17 Octobre 2007, 19:13pm

Publié par Laure

 

rdv-de-la-petite-souris.jpg Grizzli est un beau gros matou tigré, chat de dentiste. Un beau jour, il perd sa molaire et décide comme tous les enfants humains d’écrire à la petite souris pour qu’elle lui apporte des bonbons en échange de sa dent, de préférence des caramels au lait. Il s’applique et lui écrit une belle lettre sur une page de cahier d’écolier. 
octobre-2007-017.jpg

La petite souris n’est pas née de la dernière pluie : mère de 82 souriceaux, elle ne peut pas courir le risque de se faire croquer ! Sur son beau papier à lettres rose et de sa plus belle écriture, elle lui répond poliment mais fermement. Notre matou s’énerve et négocie : nouveaux échanges de courriers, une première rencontre qui échoue, une seconde… Ah qu’il est bêbête ce gros chat ! (mais pour notre plus grand plaisir !). Mosquito a adoré !! 

octobre-2007-014.jpg

Un album parfait pour les élèves de CP qui commencent à écrire sur des vrais cahiers à grands carreaux, d’une écriture appliquée mais malhabile ! (D’ailleurs retenu sur ce niveau de classe pour le prix des Embouquineurs 2007/2008). 


Un album extraordinaire dans sa trouvaille et son jeu d’illustrations : plus le chat s’énerve, plus il écrit comme un cochon et de travers, fait des ratures, etc. La souris, elle, conserve sa graphie d’une régularité sans faille, toujours égale à elle-même, tant dans le ton (assez administratif !) que la forme. Un régal ! La chute est amusante et la dernière page (notre matou passe des petites annonces dans différents types de magazines) riche à explorer aussi. 

octobre-2007-016.jpg


Une belle lecture, à préférer en grand format bien sûr !

 

Kaléidoscope, 2005, 12 euros

Ou Lutin poche de l’école des Loisirs, 2007, prix : 5,50 €

Ma note : 4,5/5

Crédit photo couverture : EDL / Kaléidoscope et Amazon.fr

Voir les commentaires

Ma maison - Emile Jadoul

5 Octobre 2007, 16:08pm

Publié par Laure

ma-maison.jpg Celui-là, je l’ai piqué chez Gawou (enfin, je l’ai acheté chez mon libraire mais je l’ai découvert sur le blog de Gawou !) et je l’adore !!

Tout doux dans les couleurs, tout tendre et tout mignon. Une chaussette est oubliée sur la neige… Oh, une souris y fait sa maison, le petit cochon une cachette, le lapin un terrier, et ainsi de suite… Mais c’est qu’il commence à y avoir du monde là-dedans ! Ah ! ça y est, le loup a retrouvé sa chaussette orpheline, et il a de grandes dents le loup ! La chute est mignonne comme tout aussi, personne n’est dévoré, je vous rassure.

Un album cartonné bien solide, un format à l’italienne qui convient bien à l’illustration, et surtout, surtout, l’illustration adorable d’Emile Jadoul. Ben oui, j’aime, c’est comme ça, j’y peux rien.

Pour les petits, dès 18 mois / 2 ans, et pour leurs mamans ?

 

Ed. Casterman, août 2007, prix : 9 €

Ma note : 4,5/5

Crédit photo couverture : éditions Casterman, © Emile Jadoul, et Evene.fr

Voir les commentaires

Lise, ma chérie - Véronique Delamarre

17 Août 2007, 18:16pm

Publié par Laure

lise-ma-cherie.jpgRégina est une mère célibataire très occupée par son job, et ne sait plus comment faire quand il s’agit d’être maman. Elle ne témoigne pas d’affection à sa petite Louise de 6 ans. A l’école, l’institutrice s’alerte de voir Lise toujours silencieuse et triste. Elle propose un rendez-vous avec la psychologue. Quand Régina croit avoir une fille surdouée (car Lise est très bonne élève et on lui propose de passer directement en CE1 aux vacances de Toussaint) elle est fière mais refuse toujours de voir une quelconque souffrance chez sa fille et prie l’équipe éducative de se mêler de ce qui la regarde. Jusqu’au jour où Lise perd connaissance en cours de danse, un malaise bien plus grave qu’en apparence.

Alors où est le problème, pour que cette lecture me laisse sur ma faim ? Sur le manque d’amour et de temps maternel de la mère, c’est bien vu et bien décrit, pour le reste, malheureusement ça se gâte. Car Lise va tomber très gravement malade, sans que jamais sa maladie soit nommée : leucémie ? Elle va rester hospitalisée puis alitée pendant quasi 1 an (l’année scolaire en fait) mais n’est soignée que par des perfusions et des prières. (Suffisant pour une leucémie ?) Ou grave dépression ? Non, ça ne colle pas, on ne fait pas des prises de sang quasi tous les jours pour une dépression. Lise est entourée et choyée par ses grands-parents, qui l’aiment sincèrement. C’est cet amour qui la sauvera, tout comme de voir sa mère changer et redevenir plus proche et attentive. On comprend bien l’idée de l’amour salvateur, mais voilà, ça manque de précision, même si c’est un texte pour enfants. Et la présence envahissante de la religieuse infirmière, des prières et du bon Dieu me gêne un peu. C’est amené finement et respectueusement, le grand-père dit d’ailleurs que lui ne sait pas trop s’il croit en Dieu ou non, il laisse cela à sa femme ! Donc voilà, c’est plein de bons sentiments, mais ça ne marche pas vraiment… à moins de croire à l’amour tout-puissant. Bien sûr que l’on veut y croire, mais ça manque un peu de réalisme et de concret dans l’histoire.

A noter pour l’éditeur : un très bon choix de police et des pages aérées, voilà qui facilite la lecture et la rend agréable.

Conseillé de 8 à 88 ans, c’est dit sur la couv’ ;-))


Oskar jeunesse, mai 2007, 99 pages, prix : 5,95 €

Ma note : 2,5/5

Crédit photo couverture : éd. Oskar jeunesse et Amazon.fr

 

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 > >>