Les jardins d'Hélène

litterature jeunesse

Au pays des petits poux - Beatrice Alemagna

9 Juillet 2009, 21:35pm

Publié par Laure

 

Ces petits poux de laine colorée et brodée, vous allez les adorer !
Ils sont nombreux à vivre sur un vieux matelas abandonné. Pour son anniversaire, petit pou gras invite tous les poux du matelas à venir faire la fête. Mais il ne les connaissait pas et se trouve surpris de les voir tous si différents de lui. Il s'observent les uns les autres et s'étonnent de leurs différences qu'ils mettent un peu de temps à accepter.
Un album facilement abordable sur le thème de la différence, mais somptueusement travaillé dans sa réalisation (de vraies créations artistiques photographiées), des finitions et une édition soignées (beau papier, couverture cartonnée épaisse et angles arrondis), et à petit prix !
Une réussite !

Lu et aimé par
Gawou, [gawou, ce n'est pas possible, je suis jalouse de tes photos, on dirait que tu as les oeuvres originales en laine et tissu !]

Phaidon, juin 2009, prix : 9,95 euros (14.95 CAN $)
A travers les étoiles :
Crédit photo couverture : Beatrice Alemagna et éd.Phaidon.

Voir les commentaires

Je ne sais pas dessiner - Colas Gutman

9 Juillet 2009, 20:19pm

Publié par Laure

On avait découvert Colas Gutman avec Journal d’un garçon, on le retrouve, toujours à l’école des loisirs, mais cette fois pour les plus jeunes avec « je ne sais pas dessiner ».

Texte court et simple, idéal pour les premières lectures (CP – CE1), abondamment illustré par l’auteur lui-même, de tout petits croquis très simples et rapidement coloriés, puisque c’est bien le problème, il ne sait pas dessiner, il le dit lui-même, comme son petit héros amoureux d’une camarade de classe et qui ne réussit pas à lui offrir un joli dessin, ne serait-ce qu’un cœur ! Sa grand-mère a beau l’encourager, ses dessins de poney sont toujours aussi déroutants, et tout le monde rigole bien dans la cour de récré, lui aussi au final ! Mais comme c’est une jolie histoire qui finit bien, ça ne manque pas d’humour et de tendresse. Et si Gutman ne sait pas dessiner, ça tombe bien, je dessine à peu près comme lui, en pire même, alors qu’il se rassure, on dévore ses livres quand même !

 

Lu aussi par Clarabel, Aurélie, ...

 

Ecole des loisirs, collection Mouche, mars 2009, 27 pages, prix : 7,50 €

A travers les étoiles :

Crédit photo couverture : © Colas Gutman et école des loisirs.

Voir les commentaires

L'abominable Monsieur Schnock - Andy Stanton

19 Juin 2009, 14:13pm

Publié par Laure

Traduit de l’anglais par Vanessa Rubio

 

En bibliothèque, on nous demande souvent des romans pour enfants qui n’aiment pas lire. Parfois, il suffit d’une mise en page aérée, d’un texte écrit gros, d’illustrations sympas et d’une histoire rigolote. Ce livre semblait réunir ces critères, je l’ai acheté comme ça vite fait, pas cher (4.90 €), et débordant de vrais faux témoignages d’enfants l’ayant trouvé délirant et ayant pleuré de rire.

Je reste perplexe … Il y a beau y en avoir une demi douzaine en page liminaire, je suis désolée, mais je n’ai jamais ri à la lecture de ce livre, même pas souri, pourtant des livres loufoques où on rit, il y en a, cf. la série des Kurt d’Erlend Loe par exemple.

Alors qu’en est-il de ce Monsieur Schnock ? Sur presque toutes les pages, des traces noires d’encre qui a débordé, comme quand vous lisez Libé, que vous en avez plein les doigts, et que vous touchez une page blanche après. Sauf que là c’est fait exprès. L’histoire se veut déjantée, genre « n’importe quoi », et c’est vraiment n’importe quoi. Monsieur Schnock vit dans une porcherie (enfin une maison, mais très très très sale), car c’est un gros fainéant. Seul son jardin est bien entretenu, sinon une petite fée furibonde vient lui taper sur la tête avec une poêle à frire. Mais un beau jour le chien Jake, ce « rotoutou bongrochien » vient tout saccager, parce que ce jardin lui plaît bien. Damned, Schnock se fait alors vilipender par la fée. Il faut vite se débarrasser du rotoutou bongrochien en l’empoisonnant avec d’abominables cochonneries, genre cœur de bœuf ayant pris le soleil en vitrine pendant 1 mois et macéré dans toutes sortes de choses. Je ne me souviens pas de tous les détails, sinon que l’histoire part dans tous les sens. J’ai voulu aller jusqu’au bout vraiment pour voir si ça tenait quand même la route. Mouais… Le livre se veut ludique, mais il ne suffit pas d’écrire n’importe quoi, en jouant sur les caractères et en insérant deux-trois petits dessins pour en faire un livre jeunesse ! Et que penser des fautes volontaires et multiples, genre j’écris comme j’te  cause ? Exemple : « champion du monde d’empoisonnage de chien. – ça veut rein dire du tout. C’est vous qu’avez écrivu ça sur votre tishort avec du ketchup, constata Polly. »

Moi j’sais pas, mais à part affligeant, j’trouve pas d’autre mot… Je n’ai pas la prétention de dire que les livres peuvent aider les enfants en grammaire et en orthographe, mais quand je reçois des classes tout au long de l’année et que je me trouve confrontée à leur niveau de lecture, je ne suis pas sûre que ce genre de livre leur fasse grand bien. C’est de l’humour voyons, c’est fait exprès qya 3 fôtes par page, sinon c’est pas drâle (oui oui, il y a vraiment un personnage qui dit drâle au lieu de drôle dans l’histoire). Et ce n’est que si vous êtes bon élève en français que vous saurez qu’il y a une erreur et que c’est pour ça que c’est drôle.

Un autre exemple d’humour ? : « les yeux brillants d’admiration (encore), il mit un genou à terre au beau milieu de la place, puis les deux genoux. Puis carrément trois genoux à terre, ce dont personne d’autre n’est capable sur cette planète ». Il y a un personnage qui s’appelle Vendredi Ousamedi (ah ah ah !) et un qui a toujours pour leitmotiv : la vérité est une meringue au citron vert. Il y a bien ici ou là une tentative d’allusion à des techniques éprouvées de narration, mais vite noyée par cet humour irrésistible : « les taupes surgirent de leurs taupinières, les écureuils surgirent de leur écureuillères, et les chats surgirent de leurs chattières. », si bien que le truc intéressant, on l’a zappé.

La 4ème de couverture dit clairement : « Attention : si vous n’aimez pas rire, ce livre n’est pas pour vous ! ». Je veux bien user de tous les degrés, je ne dois effectivement pas aimer rire.

 

Cet extraformidadrâlissime (ça c’est de moi, à la manière de) petit roman jeunesse bourré de n’importe quoi écrit n’importe comment est le 1er tome d’une série dont le titre générique est : Chroniques de Lipton-Les-Baveux. Le tome 2 est (sérieusement) déjà référencé en ligne, pour septembre 2009 selon certains sites, pour novembre d’après le tome 1 que j’ai entre les mains. Devinez : vais-je y investir les 4,90 € requis ?

 

 

Bayard jeunesse, mai 2009, 186 pages, prix : 4,90 €

Ma note :

Crédit photo couverture : ©David Tazzyman et éd. Bayard.

Voir les commentaires

Ni vu ni connu - Olivier Adam

14 Avril 2009, 16:17pm

Publié par Laure

Antoine est un petit garçon de 10 ans, élève de CM2, assez timide et déjà très autonome, car son père chauffeur-routier est très souvent absent, et sa mère infirmière travaille parfois de nuit ou en horaires décalés. Il est donc habitué à faire bien des choses tout seul.

Ce jour-là, Antoine est invité à un goûter d’anniversaire, chez Thomas, un camarade de classe. Ils jouent à cache-cache et Antoine attend dans l’armoire de la chambre des parents de Thomas que quelqu’un vienne le trouver. Mais voilà, personne ne le trouve, car personne ne le cherche. Antoine a l’habitude d’être invisible, personne ne se préoccupe jamais de lui, on l’oublie à droite à gauche, y compris en sortie scolaire.

 

p. 16 : « Au cache-cache, j’ai gagné. Vu que personne ne m’a trouvé, j’ai gagné. Même si personne ne le sait. Même si tout le monde s’en fiche. C’est toujours pareil de toute façon. A cache-cache personne ne me trouve jamais. Personne ne me trouve parce que personne ne me cherche. Personne ne me cherche parce que personne ne souvient que je joue. Personne ne se souvient que je joue parce que personne ne se souvient que je suis là, que je vis, que j’existe. »

 

Alors quitte à être invisible aux yeux de tous, Antoine va se cacher pour de bon, et observer. Découvrir les secrets de chacun et les mensonges. Ce qui va entraîner des situations surprenantes, et une conclusion qui l’est tout autant. Une belle frayeur mais une grande confiance aussi de la part des parents d’Antoine. Et une histoire d’amour avec la jeune Chloé… Je ne suis pas si sûre d’adhérer à l’avis de la maman dans l’histoire, mais peut-être qu’elle remet en perspective ce qui pourrait sembler dramatique ? ça m’a un peu tourneboulée cette fin quand même…

 

Un bon petit roman jeunesse (dès 10 ans) qui ravira tous ceux qui sont déjà sensibles à la plume d’Olivier Adam, et qui pourra être une belle découverte pour les autres.

Ni vu ni connu serait la suite du Jour où j’ai cassé le château de Chambord,  mais il se lit indépendamment sans problème, puisque je ne savais même pas qu’il y avait un « avant ».

 

p. 22 : « Même notre institutrice, Mme Bellefille, des fois elle m’oublie. Pourtant je suis le premier de la classe. D’habitude, un premier de la classe, ça ne s’oublie pas. En général, les institutrices les adorent, la plupart des élèves les détestent. Mais moi non. Personne ne m’aime. Je suis juste invisible. Le contraire de quelqu’un d’inoubliable. »

 

Ecole des Loisirs, coll. Neuf, mars 2009, 93 pages, prix : 8,50 €

Ma note :

Crédit photo couverture : © Gwen le Gac et éd. EDL.

Voir les commentaires

C'est à moi, ça ! - Michel Van Zeveren

28 Mars 2009, 06:38am

Publié par Laure

Après le très drôle et pourquoi ? qui revisitait le petit chaperon rouge, voici un nouvel album de Michel Van Zeveren qui joue sur le conte-randonnée. L’histoire commence ainsi : « dans la jungle, terrible jungle … » (et là je défie quiconque de réussir à ne pas chanter !), le lion est mort ce soir une grenouille trouve un œuf et s’écrie : c’est à moi, ça ! Mais voilà qu’arrivent tous les animaux du coin, de plus en plus gros, qui décrètent eux aussi que c’est à eux ! S’ensuit une grande bagarre et l’œuf tombe sur la tête de l’éléphant qui passait par là. L’animal, souffrant d’une bosse, demande à qui est cet œuf. Tous craignant la remontrance, se renvoient l’œuf. Je vous laisse la surprise de la chute, de même que la finale, qui sortira de l’œuf ?

Un album aux couleurs pastel jouant sur l’effet de répétition qui plaît à tous les coups, une valeur sûre !

 

(à partir de 3 ans, et sans limite d’âge J )

 

L’école des Loisirs, coll. Pastel, mars 2009, prix : 11 €

Ma note :



Crédit photo couverture : © Michel Van Zeveren et éd. L’école des Loisirs

Voir les commentaires

L'amour en cage - Maryvonne Rippert

24 Mars 2009, 06:19am

Publié par Laure

Paul est un élève de sixième comme les autres, mais il a du mal à supporter les quolibets de ses nouveaux camarades de collège sur le fait qu’il est fils d’agriculteurs. On le surnomme le Pèque, comme péquenaud. Mais rien ne l’empêchera d’aimer sa nature, de courir dans les bois et les collines. Et puis des a priori stupides, il en a lui aussi, quand il s’agit d’Aïssata, sa camarade guinéenne, son amie.

Amour, amitié et liberté vont venir se mêler dans cette histoire sensible : Paul va recueillir une pie blessée qu’il va élever et apprivoiser, mais va-t-il trouver la force de la libérer pour qu’elle vive sa vie d’oiseau ? Sa grande sœur rêve de reprendre ses études et d’entrer à l’école d’infirmière, mais son amoureux va-t-il accepter d’être séparé d’elle quelque temps ? Et quand Aïssata annonce son départ, comment Paul va-t-il réagir ?

Ah ce n’est pas facile de grandir ni de faire les bons choix !

Un joli roman à proposer dès 10-11 ans, qui fait une part belle à la nature et à la liberté.

 

 

Lu et aimé aussi par Gawou et Clarabel
 

Ed. du Seuil, coll. Chapitre, 91 pages, oct. 2008, prix : 7.50 €

Ma note :


Crédit photo couverture : éd. du Seuil.

Voir les commentaires

La revanche de Grizzli - Christine Naumann-Villemin et Marianne Barcilon

19 Mars 2009, 15:33pm

Publié par Laure

Peut-être vous souvenez-vous comme dans la famille on aime les aventures de Grizzli et de Léocadie Tagada, dite la Petite Souris. Alors quand une revanche apparaît, on applaudit des deux mains et on court chez le libraire !



Grizzli, notre gros matou de dentiste, a toujours la même idée en tête : boulotter la petite souris, celle qui donne des friandises ou des sous aux enfants quand ils ont perdu une dent. Mais la dernière fois, elle s’est bien moquée de lui ! L’heure de la revanche a sonné !

Sachant la passion de Léocadie pour les dents célèbres, Grizzli passe une annonce dans la Gazette des Petites Bêtes, pour attirer Léocadie : rien de moins que la dent de Wonder-Mulot, son super héros, le prince charmant de ses rêves. On retrouve dans le texte et l’illustration ce qui avait fait le succès de leur première aventure : leurs courriers calligraphiés bien spécifiques, mademoiselle étant bien plus appliquée que notre gros matou. Lequel a d’ailleurs bien besoin de ses copains, les chats Mallow et Moumoute, pour réfléchir un peu plus loin que le bout de ses moustaches et tendre un piège crédible à Léocadie.

 

 


Alors réussira-t-il à la boulotter, notre petite souris ? Meuh non, vous savez bien que c’est un gros bêta, et que Wonder-Mulot, dans son décor et  costume très comics américains, est bien plus malin !



Ça se termine trop vite pour le plaisir de Mosquito qui demande à la dernière page tournée : y en a un troisième ? Un jour sûrement… Alors mesdames, auteur et illustratrice, vous ne pouvez pas laisser nos enfants comme ça, on veut encore Grizzli et Léocadie nous, au boulot !

 
Nota : les deux dernières images ont été photographiées par moi-même. Si elles posent des problèmes relatifs aux droits d'auteurs, je les retirai sur demande immédiatement.




Kaléidoscope, mars 2009, prix : 12,50 €

Ma note :



Crédit photo couverture : © Marianne Barcilon


Voir les commentaires

Monsieur - Marie-Ange Guillaume et Henri Galeron

3 Décembre 2008, 16:50pm

Publié par Laure


Un bel album cartonné, très grand format (42 cm de haut sur 27 de large), dans lequel Monsieur le Chat est Roi. Il prend toute la place, tant dans l'image que dans la vie de son maître. La preuve, l'histoire démarre ainsi : "J'habite chez mon chat. Monsieur me sous-loue un oreiller mais tout le reste lui appartient..."
Voilà de quoi ravir tous les amoureux des chats qui reconnaîtront bien là le caractère de leur animal, et s'il faut une excuse pour les enfants (c'est un album jeunesse !), ils aimeront les dessins aussi beaux que drôles ! Et si sur la couverture il vient vers vous majestueux, sur la 4ème de couv il s'en va :-)
A noter : l'éditeur (Patrick Couratin ici pour les éd. Panama) est le même que pour
Mon chat le plus bête du monde, de Gilles Bachelet : on y reconnaît la même patte, même si auteur et illustrateur sont différents.

Panama, octobre 2008,  prix : 15 €
Ma note


Crédit photo couverture : Henri Galeron et éd. du Panama.

Voir les commentaires

Journal d'un dégonflé, carnet de bord de Greg Heffley - Jeff Kinney

30 Novembre 2008, 18:06pm

Publié par Laure

Traduit de l’américain par Nathalie Zimmermann

 

Dans la catégorie journal d’ado, voici celui de Greg Heffley, 12 ans, élève de 5ème , qui peine à trouver sa place entre un petit et un grand frère, qui a Robert pour copain, faute de mieux. Un cahier qui court sur une année scolaire, comme le journal d’un garçon, mais qui n’en a pas le charme. Contexte américain difficilement transposable ou histoire manquant cruellement d’originalité ? C’est un brin répétitif et ennuyeux, rien de nouveau sous le soleil de la jeunesse. Un livre qui vaut néanmoins pour son graphisme original, puisque l’intérieur ressemble à un fac-similé d’écriture manuscrite sur un cahier ligné, entrecoupé de BD et de petits dessins. Peut-être un moyen d’attirer les jeunes lecteurs qu’un roman classique rebuterait ?

 

 

Dans le même genre et sans hésitation, j’ai préféré le petit gus de Claudine Desmarteau et journal d’un garçon de Colas Gutman. Ce journal d’un dégonflé peut plaire pour sa forme. A essayer si vous avez dans votre entourage un garçon entre 9 et 12  ans.

Ma fille de 12 ans l'a lu également, l'a apprécié mais sans plus.

 

Cathulu, je crois que tu en as parlé, mais retrouver un article sur ton blog est mission impossible ;-)

 

Seuil jeunesse, 2008, 223 pages, prix : 9,95 €

Ma note :

Crédit photo couverture : Jeff Kinney et éd. du Seuil.

Voir les commentaires

Le petit Gus - Claudine Desmarteau

27 Octobre 2008, 08:51am

Publié par Laure

Gus(tave) aurait préféré s’appeler Brad, mais voilà c’est pas de chance, les vieux prénoms étaient à la mode quand il est né. Gus a 10 ans, une grande sœur fan de Nirvana et un grand frère qui vit ses amours sur MSN et se fait larguer par SMS. Gustave quant à lui a encore une vie normale d’élève de CM2, entre copains et famille où bien sûr rien ne va jamais tout à fait comme il voudrait, surtout quand il faut partager un seul ordi pour jouer à Seigneur et Maître. Tendresse de l’enfance et de l’émerveillement pour sa chatte Monica qui donne naissance à une portée de 5 chatons, haro sur sa mère serial killeuse de chatons (ben pourquoi on peut pas en garder 5 ?), moquerie sur le frère et son jean slim avec le caleçon CK qui dépasse.

Ajoutez la Nintendo DS demandée à Noël, le voyage en Alsace où tous sont victimes d’une gastro au réveillon et vous aurez un bon roman jeunesse drôle, tendre, léger, sympathique, à offrir sans hésiter à tous les 9-12 ans.

On a tous les mêmes à la maison, jusqu’aux expressions tendres d’une fratrie : « dégage le nain, retourne à tes Lego le minikeum », mais qui sans en avoir l’air savent consoler aussi quand il le faut.

Un hommage appuyé au Petit Nicolas de Sempé et Goscinny, revu et modernisé par Claudine Desmarteau avec bonheur, parce que comme elle le dit dans sa préface « même si les souvenirs d’enfance ont une saveur intemporelle et universelle, les cours de récré ont bien changé depuis le Petit Nicolas. » Et elle nous en offre un bel exemple.

Valeur sûre si vous avez un cadeau à faire.

(Roman illustré par l'auteur) 

 

L’avis de Cuné  (merci pour le prêt !)

 

Ed. Panama, août 2008, 154 pages, prix : 14 €

Ma note :



Crédit photo couverture : © Claudine Desmarteau et éd. Panama

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 > >>