Les jardins d'Hélène

litterature jeunesse

Méchant Kurt ! - Erlend Loe

8 Mai 2007, 19:42pm

Publié par Laure

Traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud.
 
mechant-kurt.jpg On avait fait connaissance avec la famille de Kurt dans le premier volume : Kurt et le poisson. On le retrouve un an plus tard, toujours avec sa femme Anne-Lise, son fils Kurt Soda (qui boit des litres de soda comme son nom l’indique), sa fille Héléna la grassouillette (qui a mangé trop de poisson dans l’épisode précédent) et le petit Bud, et toujours conducteur de chariot élévateur transpalettes autrement appelé Fenwick. Cette fois, Kurt se dit que ce serait bien de gagner beaucoup d’argent. Mais Anne-Lise pense que non, l’argent ça rend méchant. Alors qu’il sauve de la noyade un matelot somnambule, celui-ci lui offre en remerciements un énorme diamant, que Kurt s’empresse de revendre pour 50 millions de couronnes. Faut le voir rentrer de chez le bijoutier avec sa remorque trop chargée en hauteur, et traiter les policiers qui l’arrêtent de couillons de la lune. Bref c’est toujours aussi absurde et délirant. Peut-être un peu moins réussi que le précédent, ou parce qu’il n’y a plus l’effet de surprise ? Là je n’ai pas éclaté de rire comme pour le premier titre. Puis notre Kurt veut devenir premier ministre, parce qu’avoir de l’argent ne suffit pas, il veut pouvoir décider pour les autres. Il fera un bide total et gagnera encore plus en méchanceté. Bref, « l’argent ne fait pas le bonheur. Tout le monde le sait ». Mais dans la famille de Kurt, avec ou sans argent, on est quand même sacrément gratiné. Attention, vocabulaire argotique et familier en quantité, à vous de voir. Mais moderne et drôle ! Fillette me le réclame !
 
L’avis de Cuné : ici
La joie de lire, janv. 2007, 122 pages, prix : 7,90 €
Ma note : 4/5
Crédit photo couverture : éd. La joie de lire et Amazon.fr

Voir les commentaires

Virus - Valérie Dayre

8 Mai 2007, 10:39am

Publié par Laure

virus-dayre.jpgPetit village de Debain-lès-Montillac-sur-Oise, son maire, ses habitants, ses commérages. Son épicière, Pauline, toujours célibataire à presque 40 ans (ça fait causer), tient le café-tabac-épicerie-bazar-dépôt de pain, haut lieu de rencontre des habitants ! Pauline cache un secret : depuis plus de 20 ans, elle s’absente chaque mardi pour Paris, d’où elle revient le lendemain par le train de 6h12. Qu’y fait-elle donc ?
Mais ce qui occupe nos villageois en ce jour, c’est la capture de 7 chats errants un matin sur la place : hop, mis en cages, en attendant le passage de la SPA. Parmi eux, le beau, gros et fier Virus, un matou bagarreur qui a déjà attaqué la petite Falbala, chatte de Gaspard. Gaspard vit à la campagne avec sa grand-mère Granninouchka durant la semaine et passe ses week-ends à Paris avec ses parents. Et c’est parti pour les débats et les escarmouches : faut-il sauver ces minets de l’euthanasie certaine ? Chacun s’en mêle, y compris un Anglais qui a beaucoup d’humour et un répertoire des proverbes français assez conséquent !
Le lendemain matin, qui a bien pu libérer Virus, le dernier chat qui restait en cage ? Et la mère de Gaspard qui a reconnu Pauline chanter sur scène… mais non quelqu’un l’avait déjà reconnue en bénévole du Samu social l’hiver précédent…
Dommage que la fin arrive un peu vite, on n’aura pas les réponses à toutes les questions suggérées, ce qui peut être un bien pour que chaque enfant se fasse son histoire, bâtisse ses hypothèses, et les échange avec ses camarades de lecture ! Ce qui m’a surprise (en bien !) dans ce livre, c’est sa richesse concentrée en si peu de pages : humour, vocabulaire riche et varié, références à l’actualité, mentalité villageoise, thèmes plus enfantins : chats, relation grand-mère petit-fils, etc. Vraiment plein de pistes possibles, à partir d’une histoire pourtant toute simple !
Voilà un éditeur jeunesse à suivre, que j’avais découvert avec Kurt et le poisson que j’avais adoré dans son délire, et que j’entends bien continuer à explorer.
Sur toutes les 4èmes de couv, l’éditeur signale : « catégorie d’âge : chaque lecteur est unique. Si vous avez un doute, demandez conseil à votre libraire. » Voilà qui remet chacun à sa place et qui est parfait !! (bon, si vraiment vous avez besoin d’aide, je ne suis pas libraire, mais je suis mère de famille nombreuse, ça excuse, alors je dirais dès 8 ans. Mais les bons lecteurs aimeront avant et ma fille de 10 ans et demi me répond que ça ne l’intéresse pas sans même l’ouvrir.) Heureusement qu’il reste encore des parents dévoués pour lire des livres jeunesse, n’est-ce pas… :-D
La joie de lire, janvier 2007, 71 pages, prix : 6,90 €
Ma note : 4/5
Crédit photo couverture : éd. La joie de lire et Amazon.fr

Voir les commentaires

Un rhinocéros amoureux pèse-t-il plus lourd qu'un rhinocéros tout court ? - Alex Cousseau et Nathalie Choux

29 Avril 2007, 09:17am

Publié par Laure

Je vous présente un rhinocéros. Mais attention, pas n’importe lequel : un rhinocéros AMOUREUX.

rhino1

Bon d’accord, ça ne se voit pas tellement : « parce que souvent les rhinocéros font la tête ».

rhino2

Voici un bel album plein d’humour aux illustrations adorables, aux tonalités de rose et vert, sur le thème de l’amour et de la séduction, qu’on peut lire aux enfants dès 4 ans.

Notre rhinocéros, qui pèse deux tonnes, est amoureux d’un tout petit colibri : et alors ? pas besoin de se ressembler pour être amoureux ! Pas besoin d’en faire des tonnes, et pas besoin de riches ornements pour avoir du charme.

rhino3

Mais pourquoi notre rhinocéros amoureux penche-t-il plus d’un côté que de l’autre ? Et quand il tombe ? …. Et bien, lisez-le !

Ed. sarbacane, avril 2007, prix : 12 €

Ma note : 4/5

Crédit photo couverture : éd. Sarbacane et Amazon.fr

 

Voir les commentaires

27 premières - Audrey Calleja

18 Avril 2007, 09:20am

Publié par Laure

Allez, une pensée particulière pour Clarabel en ce mercredi, qui nous gâte avec les lectures de miss C. et qui adore les premières fois, très représentées en littérature jeunesse en ce moment.

 

Je lui en offre 27 d’un coup, je crois qu’elle les aimerait …

 

27 premières est un album original, au charme légèrement désuet, qui s’arrête le temps d’une double page, sur une première fois de la  vie. Premier tour de manège, premier vélo, premier bobo, premier amour, première grossesse, premier droit de vote, première réunion Tupperware, première… maison de retraite… Parce qu’inévitablement le temps passe. Des dessins, des crayonnés, des collages, une ligne qui me rappelle beaucoup celle du Rouergue.

Voir la très belle critique du site Ricochet, qui a aimé, et qui conseille cet album à partir de 12 ans. C’est vrai qu’il n’est pas si facile d’approche, mais il peut sans doute être découvert un peu plus jeune quand même. Parce que c’est un livre de partage, entre une mère et sa fille par exemple, comme l’est si bien la première fois que je suis née  de Vincent Cuvellier.  C’est aussi un livre qui nous prouve que non les albums ne sont pas que pour les enfants, oui les adultes peuvent y trouver des petits bonheurs et des grandes émotions.

Atelier du Poisson Soluble, sept. 2006, 18 €

 

Ma note : 3,5/5

Voir les commentaires

Il faut sauver Saïd - Brigitte Smadja

8 Avril 2007, 17:43pm

Publié par Laure

Prix Sorcières 2004

Choisi par le magazine Lire dans ses 20 meilleurs livres de l’année 2003.

 

  Saïd est un « petit » 6ème qui aimerait bien apprendre tranquille, lui qui aime l’école et la langue française, lui qui se sent français et qui est né en France. Mais dans son collège de banlieue, c’est la loi des caïds qui triomphe, et les profs eux-mêmes sont bien malmenés : chahut, pneus crevés, violences verbales et physiques des élèves, bref, tout ce qui vous disent déjà très bien vos journaux. Quand à cette violence scolaire s’ajoute la violence familiale, Saïd se sent bien petit pour réagir. Piégé par son grand frère et son cousin qui règnent sur le quartier et dealent un peu de tout, il voit l’impuissance de son père qui a peur de son propre fils. L’aînée est une fille, et c’est encore bien plus difficile pour elle : son frère veut lui faire prendre le voile et la traite de tous les noms parce qu’elle sort avec un français. Elle est obligée de s’enfuir de chez elle. Terreur, impuissance, réalité des banlieues, y a-t-il encore un espoir au bout du chemin pour Saïd qui voudrait tant apprendre à l’école ? Certains ont reproché ces traits un peu caricaturaux donnés par l’auteur, tant dans le négatif social que dans la croyance enseignante : quand les profs rudoyés accompagnent avec bonheur leurs élèves au musée, quand un prof promet à Saïd de ne pas le laisser tomber… Oui il faut sauver Saïd mais est-ce encore possible ?

Un livre beaucoup donné à lire dans les collèges je crois… Brigitte Smadja a su mettre en mots une réalité, dans une création littéraire où notre jeune Saïd aime jouer avec les mots difficiles : oui il emploie parfois un vocabulaire soutenu et se plaît à recopier les définitions. Un petit livre riche pour ouvrir le débat entre élèves….

 

Voir aussi sur l'article de Ricochet , du magazine Lire, le débat sur Citrouille.net.

Ecole des Loisirs, coll. Neuf, sept. 2003n prix : 8 €

Ma note : 4/5

Voir les commentaires

L'art et la manière d'être un garçon génial - Irène Colas et Yann Hamonic

7 Avril 2007, 13:00pm

Publié par Laure

 Si vous avez un fils de 12 ans à la maison (11 à 14, ça marche aussi), offrez lui ce livre sans hésiter ! la preuve que ça marche ? le mien qui ne lit plus que des mangas a dévoré ce petit bouquin en revenant sans cesse m’en parler, m’en citant des passages, livre en main et illustration à l’appui.

Avec beaucoup d’humour, ce petit livre expliquera à votre (pré)ado garçon les règles de base de l’hygiène, de la politesse, de la vie en société, à commencer par la vie familiale et le respect du lieu de vie commun. Des illustrations et une mise en page très modernes, qui rappellent un peu les magazines (y a même des mini-tests), bref ça fonctionne, car ils lisent sans y penser et reviennent vous en parler : regarde maman, ce qui énerve les parents à table : « arriver en hurlant ; qu’est-ce qu’on mange ? » J’vous l’dis, celui décrit dans le livre, qui râle qui rote qui p.. et qui se lave pas, j’l’ai à la maison, et comme il a de l’humour…

 

A noter : il y a toute une collection ! Je n’ai pas testé l’art d’être un frère génial, ni celui d’être une sœur géniale, en revanche comme j’ai sous la main la fille géniale et l’élève géniae, je vais laisser ça traîner négligemment dans les chambres de la tribu, avec l’espoir qu’ils reviennent m’en causer !

 

Public : collégiens, dès la 6ème.

Milan Jeunesse, 2006, 69 pages, prix : 8 €

PS : c'est bien sûr un documentaire mais j'ai décidé de mettre tout ce qui était jeunesse dans la rubrique "Littérature jeunesse", trop paresseuse pour refaire mes catégories !

 

Voir les commentaires

Nioui et Ninon - Annie Agopian et Nathalie Choux

4 Avril 2007, 17:20pm

Publié par Laure

Qui n’a jamais joué au jeu de ni oui ni non avec ses enfants ? Chez nous, on l’a tous fait, et Mosquito adore ça, tout comme les grands qui continuent (à essayer de la faire perdre !). Voilà un petit album arrivé sur mon bureau sans doute pour une raison, et je ne suis pas capable de me rappeler laquelle. Souvent je note des titres de livres (une critique professionnelle, un salon ?), je fais une résa BDP pour le fonds (quand je n’achète pas), et puis quand le livre arrive, mince qu’est-ce que je voulais faire avec celui-là ? Ben commencer par le lire pardi !

 

Les parents de Nioui et Ninon se disputent tout le temps, surtout en voiture, pour un oui ou pour un non. Le père reproche à la mère de ne pas savoir lire la carte, la mère lui reproche de ne pas lui laisser le temps de lire les panneaux. Les enfants en ont assez ! Et si on jouait à ni oui ni non pour détendre l’atmosphère ? Construit graphiquement comme un jeu de l’oie, c’est parti pour les questions :  - tu as faim ? – et toi ? pour finir par – Alors, tu m’aimes ? (un peu, à la folie, passionnément ?) – Pas du tout ! voilà tu es contente maintenant ?! Ce ni oui ni non court à la catastrophe entre les parents… Nioui en assez : et si on s’aimait de nouveau, pour un oui, pour un non ? demande Ninon…Bien sûr que oui !!! Et même si les parents souvent se chamaillent, ils aiment toujours leurs enfants. Une évidence qu’il est toujours doux de rappeler.

Format carré du Rouergue (18 x 18 cm), des illustrations très vives et sympathiques, un livre que je lirai à Mosquito dès son retour !

 

Ed. Du Rouergue, nov. 2006, prix : 10,50 €

Ma note : 4/5

 

 

Voir les commentaires

Ce lapin appartient à Emily Brown - Cressida Cowell et Neal Layton

2 Avril 2007, 11:59am

Publié par Laure

Voici un album qui a beaucoup plu à Mosquito et qui pour ma part ne m’a que moyennement séduite. C’est l’histoire d’une petite fille, Emily, et de son lapin Stanley, qui est son doudou chéri. Ils vivent ensemble plein d’aventures fantastiques, ils partent dans l’espace à la recherche d’extraterrestres, ils visitent la forêt amazonienne, bref ils sont inséparables.

Mais la reine Gloriana souhaite acquérir ce lapin qu’elle nomme « Lapinoudoudou » pour combler son trop grand ennui, et offre en échange à Emily toutes sortes de jouets. Mais Emily ne cède pas : Stanley n’est pas à vendre ! La reine insiste, surenchérissant sans cesse sur la quantité de cadeaux. Rien n’y fait. Stanley n’est pas à vendre ! Jusqu’au jour où les émissaires de la reine volent Lapinoudoudou… Emily se rendra au palais et apprendra à la reine comment faire d’un nounours quelconque SON doudou chéri.

Si vous cherchez un album sur les doudous, celui-ci est tout trouvé ! (dès 5 ans). L’illustration est riche de couleurs, de dessins, de coloriages, de collages, de photos retravaillées, bref une grande variation dans l’image, qui pourtant ne m’a pas vraiment séduite. Le texte est assez long, d’où l’importance de ne pas le lire à un enfant trop jeune… Pas un coup de cœur pour moi, mais Mosquito a adoré, et comme elle est le « public cible » de ce  « produit », laissons-lui le dernier mot !

Duculot, février 2007, prix : 13,95 €

Ma note : 3/5

 

Voir les commentaires

Je ne sais pas quoi lire ! Marie-Aude Murail

31 Mars 2007, 09:51am

Publié par Laure

Ne pas savoir quoi lire, voilà qui ne devrait jamais m’arriver ! Mais j’étais curieuse de ces conseils de lecture destinés aux collégiens, ou même aux plus jeunes, dès le CM je dirais. Et puis Marie-Aude Murail est quand même une sacrée pointure en littérature jeunesse !

Alors comme l’indique le sous-titre, elle propose 220 livres d’humour, d’amour et d’horreur pour vous aider à choisir. Le postulat est que vous êtes jeune, que vous aimez lire, mais que vous êtes un peu perdu face à l’offre gigantesque des bibliothèques ! M-A. Murail parle davantage des bibliothèques que des librairies tout simplement parce que les jeunes n’ont pas forcément les moyens (ni leurs parents l’envie) d’acheter beaucoup de livres.

Elle propose donc trois grands chapitres : l’humour, l’horreur, et l’amour, avec plein d’exemples qui donnent envie. Je me suis noté des titres pour moi avec gourmandise ! Les références sont classiques : Jody Blume, Susie Morgenstern, toujours de qualité et jamais niaises, l’auteur n’hésite pas à conseiller des titres que l’on pourrait croire pour les adultes (Woody Allen, Desproges, Coluche), mais donne aussi un niveau de lecture (très facile, facile, ou difficile). Elle cite très peu ses propres ouvrages, je crois que je n’en n’ai vu qu’un, pourtant, elle fait référence elle aussi ! Dans le chapitre amour, tous les sujets (y compris graves, anorexie, suicide) sont abordés.

Et j’aime beaucoup la fin, où elle donne toute sa liberté au lecteur, en particulier sur l’âge indiqué sur les livres : « Quant à l’âge supposé du lecteur (« à partir de 10 ans »), c’est une indication pour la dame qui veut offrir un livre à sa nièce de onze ans et qui ne connaît ni les livres ni sa nièce. Vous pouvez lire au-dessus et au-dessous de votre âge. Un livre n’est pas un vêtement. »

 

Mon seul bémol : le livre commence à dater un peu (1998), presque 10 ans, et donc forcément, les références aussi. Si elles sont toujours pertinentes, il en manque sans aucun doute de nouvelles qui seraient les bienvenues. J’ignore s’il existe une réédition mise à jour ?

 

C’est donc un livre qu’on peut offrir à un jeune dès 10 ans, ou qu’on peut s’offrir en tant que parent pour offrir ensuite des livres à ses enfants !

De la Martinière Jeunesse, coll. Oxygène, avril 1998, 105 pages, 11 €.

Ma note : 4/5

 

Voir les commentaires

Le loup, la fouine et l'oeuf - Emmanuelle Eeckhout et Catherine Pineur

13 Mars 2007, 20:52pm

Publié par Laure

Un loup aux grandes dents (mais qui n'a pas l'air très méchant !) trouve un oeuf. Mmmh, il a très envie d'une omelette pour son dîner ! Mais la fouine aussi a vu l'oeuf et voudrait bien le manger ! Ils se chamaillent, se traitent de voleurs, et ... l'oeuf se casse. Sur ce arrive la poule : "Mon poussin, mon pauvre poussin ! Attends, Maman arrive". Mais quand même, elle est bien curieuse cette poule rousse, avec son long bec qui ressemble à un museau (de renard?). Quand nos deux compères loup et fouine comprennent qu'ils se sont fait gruger, il est trop tard. Ils s'inquiètent : "et le poussin, que va-t-il devenir ?" "Mais ça, c'est une autre histoire !" Et c'est bien dommage, c'est vrai quoi, je voulais savoir moi s'il se fait croquer ou pas le poussin !

De facture classique, cet album est un bel ensemble texte/image (texte noir sur fond blanc en page de gauche, illustration pleine page sur page de droite) qui met en valeur les belles illustrations de Catherine Pineur, aux teintes pastels toutes de rose et vert. Le dessin adoucit la cruauté de l'histoire. Il m'a manqué un peu de l'humour d'Emmanuelle Eeckhout (une histoire d'amour à crrroquer, la vengeance de Germaine), mais cet album est destiné aux plus jeunes (je dirais dès 2 ans et demi). Un album tout doux donc, qui se veut quand même drôle et malicieux (pendant que loup pataud et fouine maligne se chamaillent, c'est le plus rusé qui gagne !), classique mais efficace !

J'aime beaucoup les dessins tendres et un peu naïfs de Catherine Pineur et sa "patte" me semblait familière : mais oui, elle travaille avec Emile Jadoul et Carl Norac ! des classiques de l'école des loisirs et de mes lectures à Mosquito ! Une valeur sûre, donc.

Pastel, EDL, 8 mars 2007, 9 €

Ma note : 4/5

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 > >>