Les jardins d'Hélène

Mars 2022 en couvertures ...

31 Mars 2022, 17:24pm

Publié par Laure

En mars j'ai lu :

 

En mars j'ai vu :

 

 

 

 

 

En mars j'ai entendu :

 

 

Voir les commentaires

Le Mal-épris – Bénédicte Soymier

25 Mars 2022, 21:43pm

Publié par Laure

Paul, terne, laid, frustré, s’éprend d’une voisine de palier, Mylène. Mais lorsqu’elle l’éconduit il ne s’en remet pas et jette son dévolu sur une nouvelle proie : Angélique, discrète collègue de travail qui élève seule son enfant. Elle emménage chez lui et l’engrenage de la violence conjugale s’enclenche. Pervers narcissique, les coups pleuvent. Angélique tente de fuir…

Le mécanisme de l’emprise sur la femme est finement décrit. C’est précis, effroyable. Fallait-il pour autant justifier par un cercle peut-être trop évident mais pas systématique : l’enfance battue auprès de parents mal-aimants ?

Ce premier roman frappe indéniablement par son style sec, précis, saccadé, qui plait ou rebute selon le lecteur. Après un début que j’ai trouvé ennuyeux à l’image du personnage principal, le récit prend une tournure peut-être trop attendue, celle du schéma aux exemples classiques des documentaires sur le sujet. Trop scolaire peut-être. Sur le même thème j’ai préféré La deuxième femme de Louise Mey.

 

 

Calmann-Lévy, janvier 2021, 244 pages, prix : 18,50 €, ISBN : 978-2-7021-8077-8

 

 

Crédit photo couverture : © Longing, 2012 © Julia Moniewski : et éd. Calmann-Lévy

Voir les commentaires

Grand silence – Théa Rojzman et Sandrine Revel (ill.)

21 Mars 2022, 19:06pm

Publié par Laure

C’est un sujet grave et délicat que celui abordé dans cette BD : celui de l’inceste et des violences sexuelles faites aux enfants. Ça commence par un oncle sur un enfant de onze ans dans un mariage, ça se poursuit dans le cercle familial et ça s’étend à la population de cette île non nommée. Jusqu’à qu’une enseignante elle-même victime dans son enfance fasse exploser « grand silence », l’usine qui avale les mots des enfants.

Si le sujet est sérieux et le traitement réussi, notamment dans le choix des couleurs (et du rôle donné à ces couleurs), l’expression par le conte fantastique, trop allégorique et imaginaire à mon goût, m’a dérangée. Les symptômes induits par le viol par exemple sont par exemple des piquants qui poussent sur le dos ou une enfant qui rapetisse. Si tout fait sens et se comprend, je ne suis pas fan. Mais je salue bien évidemment le fait que ce thème soit traité, car seule la parole libérée – et la condamnation du coupable – peut faire avancer.

 

 

Glénat, juin 2021, 120 pages, prix : 23 €, ISBN : 978-2-344-04105-5

 

 

Crédit photo couverture : © Sandrine Revel et éd. Glénat

Voir les commentaires

D’or et d’oreillers – Flore Vesco

15 Mars 2022, 13:58pm

Publié par Laure

Quelle magnifique réécriture du conte de la princesse au petit pois, mâtiné de sorcellerie, d’une incroyable modernité et liberté !

Flore Vesco a l’art de manier le langage ; chaque mot est choisi et à sa juste place. Il s’en dégage un plaisir évident pour le lecteur, qui en vient presque à ne pas vouloir finir tant le mets est excellent.

Ici, place au Lord Handerson, riche héritier solitaire en son manoir de Blenkinsop Castle. Il cherche épouse et tous les bons partis de la région viennent passer le premier test, qui consiste à passer une nuit seule dans une chambre sur une pile de matelas d’une hauteur vertigineuse. Toutes sont renvoyées au matin, sans connaitre la raison de leur échec. Sadima, simple femme de chambre qui accompagnait les jeunes femmes pour qui elle travaille se voit proposer le test.
Courageuse et audacieuse, elle va franchir les étapes une à une.

Ce roman, destiné aux ados (dès 13 ans) est une réussite totale, tant dans le registre du conte que dans les sujets évoqués : femme sorcière ou femme libre, amour et plaisir, affranchissement du regard maternel, le féminisme est moderne et assumé. Je crois n’avoir jamais lu de roman pour ado aussi érotique, alors qu’aucun mot du vocabulaire consacré n’est employé. C’est subtil et malicieux, pour une sensualité réjouissante. La magie sert la résolution de l’histoire et même sans en être friand, c’est travaillé, abouti, efficace.

 

A lire, sans hésiter !

 

L’école des loisirs, coll. Medium +, mars 2021, 240 pages, prix : 15 €, ISBN : 978-2-211-31023-9

 

 

Crédit photo couverture : ©Mayalen Goust et éd. L’école des loisirs

Voir les commentaires

Je suis au monde - Julieta Canepa et Pierre Ducrozt, ill. Stéphane Kiehl

10 Mars 2022, 15:20pm

Publié par Laure

Qu'est-ce que cela signifie, être au monde ?
Ce grand et bel album documentaire explique l'évolution technologique et des modes de vie, le réchauffement climatique directement induit par l'homme et ses choix. On commence la visite dans la grande  barrière de corail, on la poursuit dans la forêt amazonienne, avant de parcourir le tumulte de la vie barcelonaise et de finir sur la banquise dans l'arctique, en mesurant les dégâts de toutes les accélérations. Une nouvelle ère démarre, celle de l’anthropocène, ou l'ère de l'être humain.
Ouvrir les yeux sur les beautés des ressources de la nature, les protéger, les partager, les respecter car nous en avons tous besoin et elles interagissent.


Superbes planches numériques illustrées par S. Kiehl avec une technique de superposition de couleurs.


Un très bel ouvrage, à partir de 10 ans.

 

 

Actes Sud junior, mars 2021, 58 pages, prix : 17,90 €, ISBN : 978-2-330-14825-6

 

 

Crédit photo couverture : Stéphane Kiehl et éd. Actes Sud junior

Voir les commentaires

Dans la nuit blanche – Olivier Adam

6 Mars 2022, 18:17pm

Publié par Laure

Léa vient de s’installer à Paris pour ses études, dans une minuscule chambre de bonne, où elle va apprendre à faire connaissance avec ses nouveaux voisins de palier : Boris le serbe souvent alcoolisé et un brin exhibitionniste, Gloria la vieille espagnole, Su et ses talents guérisseurs par les plantes et les baumes, et Nathan, serveur, écrivain qui a le pouvoir de voir dans les rêves des gens.

Ses parents et son frère Antoine, plus jeune, ont du mal à la voir partir, mais c’est le cours de la vie.  Léa est la première de la famille à faire des études, et ses parents en sont fiers.

Au retour d’une partie de tennis avec son ami Hugo, Antoine se fait renverser par une voiture en traversant la forêt. Délit de fuite du conducteur, le jeune homme est dans le coma. Sa voix nous parviendra également du lointain de cette « nuit blanche ».

La vie de tous est bouleversée : dans un roman choral qui donne la parole à ses amis et à sa sœur, ainsi qu’aux nouvelles rencontres de celle-ci, les sentiments vont se libérer et l’enquête se résoudre. Si les indices sont là, les fausses pistes nous mènent le temps de vivre au plus près des émotions des uns et des autres.

Olivier Adam excelle dans le roman intime qui dit avec justesse les sentiments amoureux, amicaux, familiaux, les doutes, les peurs, l'acceptation de soi.  L’adolescence, ce moment d’émotions exacerbées est un terrain riche qu’il explore avec talent.

 

Dès 13 ans et sans limite d’âge 😉

 

 

Robert Laffont, collection R., octobre 2021, 253 pages, prix : 17,90 €, ISBN : 978-2-221-25559-9

 

 

Crédit photo couverture : © éditions Robert Laffont

Voir les commentaires

Février 2022 en couvertures ...

28 Février 2022, 18:31pm

Publié par Laure

En février, j'ai lu :

 

 

 

 

 

 

 

En février, j'ai vu (et aimé !) :

 

Voir les commentaires

Dix âmes, pas plus – Ragnar Jónasson

24 Février 2022, 20:47pm

Publié par Laure

Traduit de l’islandais par Jean-Christophe Salaün

 

Una, lasse de sa vie solitaire à Reykjavík et mal dans sa peau, postule une place d’enseignante à l’autre bout du pays : à Skálar, petit village à la pointe nord-est de l’Islande, froid, isolé, avec pour particularité de ne compter que dix habitants. « Dix âmes, pas plus ». Il n’y a que deux fillettes à qui elle fera la classe, et elle logera chez l’une d’elle. D’emblée, l’atmosphère est étrange, Una entend des voix, les habitants sont peu enclins à lui faire une place. On lui fait vite comprendre que la maison qu’elle occupe est hantée et qu’il est malvenu de remuer les secrets de famille. Est-ce le vin dans lequel elle cherche du réconfort ou des phénomènes surnaturels qui la font voir cette fillette habillée de blanc l’effrayer en pleine nuit ? Car ce fantôme serait celui d’une petite fille décédée des décennies auparavant. Des liens se font entre passé et présent – rapidement une mort brutale vient changer les plans, et qui est cette femme qui raconte un meurtre qu’elle paye en prison ? Una essaye d’enquêter mais partout les portes se ferment, les voisins sont de plus en plus hostiles et le doute s’insinue jusqu’à un dénouement inattendu.

Ça fonctionne, le lecteur est tenu par l’envie de comprendre, l’atmosphère étouffante de cet huis clos participe grandement à la réussite du roman. Je découvre avec plaisir cet auteur islandais que je ne connaissais pas et que je compte bien suivre désormais.

 

 

 

 

 

 

Ed. de la Martinière, janvier 2022, 354 pages, prix : 21 €, ISBN : 978-2- 7324-9407-4

 

Crédit photo couverture : © éd. De la Martinière

Voir les commentaires

Comme un murmure – Morten Dürr, Sofie Louise Dam (ill.)

23 Février 2022, 19:59pm

Publié par Laure

Traduit du danois par Catherine Renaud

 

Au collège, les filles jouent au jeu des murmures : la première chuchote une phrase à l’oreille de la deuxième qui la chuchote à la troisième et ainsi de suite ; le bon vieux téléphone arabe qui déforme les propos et lorsque la dernière de la boucle énonce la phrase à voix haute, il ne reste pas grand-chose de la version originale et tout le monde rit.

Mais quand Anna murmure à l’oreille de Véra « Ma mère me frappe », le jeu prend une autre tournure. Que personne ne veut entendre, croire, voir. Elle a l’air si bien cette maman, Anna fabule, ce n’est pas possible. Il faudra de nombreuses absences d’Anna et le courage de Véra pour prendre les choses à bras le corps et oser dénoncer ces violences.

Une BD délicate sur ce sujet qu’est la violence parentale, avec en fin d’ouvrage deux pages de conseils, l’une pour la France et le 119 Enfance en danger, l’autre pour le Québec.

Les différentes étapes, du doute à la dénonciation et à l’aide en passant par le fou rire et la moquerie due à l’incrédulité, sont bien traduites.

Un album graphique salutaire qui s’il peut aider ne serait-ce qu’un seul enfant ou ado, ou adulte à ouvrir les yeux, mérite toute sa place et sa médiation dans les milieux scolaires ou publics.

Dès 12 ans.

 

 

 

 

Éditions Jungle, juin 2021, 73 pages, prix : 13,95€, ISBN : 978-2-822-23441-2

 

Crédit photo couverture : © Sofie Louise Dam et éd. Jungle

Voir les commentaires

Mon bel assassin – Charlotte Erlih

21 Février 2022, 14:58pm

Publié par Laure

Greta Thunberg peut-elle tomber amoureuse ? Engagée comme elle est, elle parcourt le monde et n’a pas une seconde pour elle. Convaincre des politiques est son mantra, se battre pour le climat sa religion. Bien que son nom ne soit jamais cité, c’est bien elle qui va rencontrer Tom dans un car de nuit (elle évite au maximum l’avion) et se remettre en question, en quête d’un avenir dans ce monde absurde, et voir peut-être un nouvel horizon plus doux se profiler.

Jean-Philippe Blondel s’était déjà essayé à mettre en fiction le personnage de Greta Thunberg dans Il est encore temps (Actes Sud junior, 2020) et j’avais ressenti la même chose qu’ici : je reste difficilement perméable au docu-fiction. Je n’ai pas envie qu’on me raconte l’engagement de Greta Thunberg et ce qu’elle peut ressentir face à l’immobilisme des différents acteurs à qui elle s’adresse, l’actu le fait très bien, quant à la fiction pure (les premiers émois amoureux, la peur, le doute), elle s’applique à n’importe quel(le) adolescent(e). Alors mêler les deux ? Peut-on avoir une vie normale quand on est sous l’œil permanent des médias ? montrer ses émotions ? s’autoriser à être soi, avec sa fragilité, quand on à 16 ans on parle aux dirigeants du monde entier ? La question concerne tous les ados quel que soit leur engagement.

J’aime beaucoup cette collection chez Nathan qui comme son nom l’indique – Court toujours – propose des textes courts sous 3 formats simultanés : il suffit d’acheter le livre pour accéder en même temps à sa version numérique et sa version audio. Les auteurs aguerris et leurs textes sont toujours de qualité, et si celui-ci n’est pas mon préféré, par son sujet sans doute, vous pouvez piocher quasi les yeux fermés dans la collection.

 

(Dès 15 ans)

 

Nathan, coll. Court toujours, février 2022, 57 pages, prix : 8 €, ISBN : 978-2-09-249243-7

 

Crédit photo couverture : © éd. Nathan

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>