Les jardins d'Hélène

Les yeux de Lisa - Karine Reysset

18 Août 2013, 13:04pm

Publié par Laure

Manon fête ses 17 ans, entourée de sa famille et de ses amies. Elle reçoit également une lettre contenant des photos, postée du Portugal, de la part d'une certaine Lisa.... Émue et troublée, retour en arrière sur un été qui a tourné au drame.

La première fois que Manon a vu Lisa, elle a été troublée et sous le charme, elle l'avait prise pour un garçon et ne s'est rendue compte que bien plus tard que c'était une fille. Lisa a l'air rebelle, mystérieuse, toujours de noir vêtue, un profil androgyne, elle vit dans un foyer, mais personne ne sait rien de son histoire... Manon souhaite l'inviter à passer des vacances en camping en Normandie car Lisa n'a jamais vu la mer, avec sa meilleure amie Clémentine et Ambre, sa cousine, la seule majeure du groupe, caution nécessaire pour les parents.

Mais rien ne va tourner comme prévu, et entre insouciances d'adolescentes et plaisirs d'été, les vacances vont finir en cauchemar, jusqu'à l'intervention de Lisa, et rien ne sera plus jamais comme avant.

Court roman qui sent bon l'amitié, les vacances, et la souffrance passée en filigrane, dont Lisa se remet peu à peu au contact de Manon. Amitié très forte, qui aide à avancer, à surpasser ses peurs et redoubler de force quand l'une est en danger, c'est un très beau récit sur la fin de l'insouciance, le passage à l'âge adulte, une tranche de vie émouvante et finement perçue qui séduira particulièrement les adolescentes. J'ai beaucoup aimé !

 

L'école des loisirs, collection Médium, avril 2013, 101 pages, prix : 8,50 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Hélène Millot et éd. L'école des Loisirs

 

Voir les commentaires

Sweet sixteen - Annelise Heurtier

17 Août 2013, 18:06pm

Publié par Laure

« Sweet sixteen », c'est un rite de passage inoubliable aux Etats-Unis : celui du 16ème anniversaire fêté en grande pompe, où l'adolescent est alors considéré comme adulte. Mais dans ce roman d'Annelise Heurtier, la réalité a un goût bien plus amer, ancré dans les années 1957-1958, où le ségrégationnisme est roi. L'auteur relate, de manière romancée mais sur la base de documents historiques réels, la tentative d'intégration de neuf étudiants noirs parmi 2500 blancs au lycée central de Little Rock, dans l'Arkansas. La décision remonte à trois en arrière, prise par la Cour suprême des Etats-Unis, qui décrète que désormais les Noirs pourront bénéficier de la même éducation que les Blancs, et ce dans les mêmes lieux. Mais le pas est grand entre la théorie et la réalité.

Ce roman met très justement en avant les faits, le courage qu'il a fallu aux étudiants noirs, mettant particulièrement en lumière le personnage de Molly Costello (Melba Pattillo dans la réalité) et les violences, humiliations et agressions exercées par les Blancs. À peine 60 ans plus tard, tout cela paraît si inconcevable, démesuré et stupide et pourtant, les faits sont là, et font froid dans le dos. Le personnage de la jeune étudiante blanche, Grace, est intéressant car le lecteur la sent basculer, du moins troublée et dans le doute, et se détacher peu à peu des manifestations de ses amis et de leurs parents. Mais à quel prix ! Car les Blancs qui montraient un tant soit peu d'empathie pour les Noirs étaient tout autant agressés.

Un roman éclairé par quelques précisions historiques réelles en préface et postface, qui montre combien la lutte a été dure mais pas vaine, même s'il a fallu du temps, beaucoup de temps.

Intelligent, pas moraliste, facile à lire et forcément frappant : pour ne pas fermer les yeux sur cette période de l'Histoire.

 

Sélectionné pour le prix des lecteurs 13-16 ans de la Ville du Mans / dépt de la Sarthe 2014.

 

Casterman, avril 2013, 217 pages, prix : 12 €

Etoiles :  

Crédit photo couverture : © éd. Casterman

Voir les commentaires

Une chanson pour Ada – Barbara Mutch

7 Août 2013, 16:46pm

Publié par Laure

Traduit de l'anglais par Françoise du Sorbier

 

une chanson pour adaAda naît en 1930 à Cradock house, fille d'une bonne noire dans une famille de Blancs, les Harrington.

p. 14 : « Cradock se situe dans le Karoo, la grande région semi-désertique où l'on arrive dès que l'on s'éloigne assez du collier de montagnes vertes aux versants abrupts qui bordent la côte, et que l'on s'enfonce vers l'intérieur. Le Karoo est une région pénible à traverser avant d'atteindre Johannesburg (…) »

L'apartheid en Afrique du Sud est donc la toile de ce roman qui s'attache à décrire la vie exceptionnelle d'Ada, de sa naissance à la vieillesse, et le lien particulier qui l'unit à Cathleen, la propriétaire de Cradock House. Enceinte de son maître, elle accouche d'une enfant métisse et par honte s'enfuit. La place de ces enfants métisses est aussi au cœur du livre, ainsi que la musique qui unit Ada et Cathleen.

Attachant, le roman se fait par moments un peu trop gentillet (bien sûr que l'histoire sera belle avec juste quelques ressorts bien placés, bien sûr que les différents liens d'attachement sont forts et définitifs, que les méchants sont toujours méchants et les gentils très gentils), c'est bien construit, maîtrisé, et cela rappelle par bien des aspects le succès de La couleur des sentiments, de Kathryn Stockett : populaire, roman détente idéal pour l'été, belle histoire, fond historique réaliste …

A lire si vous cherchez un roman d'évasion avec une « belle histoire », la saga d'une maison et de deux familles opposées par leur couleur de peau et leur rang social.

p. 220 : « J'avais eu la sottise de mettre au monde une enfant métisse dans un univers où les seules possibilités étaient le noir et le blanc. Dans le monde blanc, elle pourrait même être utilisée contre le maître pour le conduire en prison. Madame en était-elle consciente ? »

 

Lu dans le cadre du Club Testeurs d'Amazon

 

Presses de la Cité, mai 2013, 410 pages, prix : 21,50 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Ed. Presses de la Cité

Voir les commentaires

Je rachète ou pas ? (les cosmétiques du mois # 07-2013)

31 Juillet 2013, 16:58pm

Publié par Laure

8 produits terminés ce mois-ci... Alors, je rachète ou pas ?

 

 

L'incontournable déo, déjà aperçu le mois dernier, on ne va pas en reparler, il fait le job :-)

 

Les gels douche (je crois que je suis aidée par mes filles pour une telle consommation ;-) )


Gel douche nourrissant coco des îles, Auchan, 300 ml, prix approximatif : 1,50 € Parfum qui me fait davantage penser au monoï qu'à la noix de coco, mais de saison dans l'esprit "vacances". Plus acheté pour la famille que pour moi-même, je ne suis pas fan de ces senteurs. (Je ne rachèterai pas, ou pas pour moi)

 

 

 

Douche-Huile nourrissante huile de noisette & gelée royale, le petit Marseillais, 250 ml, prix approximatif : 2,90 € (Produit testé dans le cadre du club testeurs d'Amazon) Je m'attendais à une texture huile, c'est en fait un gel douche normal, qui contient peut-être de l'huile, mais ce n'est pas perceptible. N'étant pas fan de la senteur (qui me fait surtout penser au miel) et ne la trouvant pas plus hydratante que ça (ne dessèche pas, mais ne nourrit pas non plus), non : je ne rachèterai pas.

 

 

 

 

Les soins visage :

 

Crème nettoyante calmante au Gingko biloba (bio il me semble) : difficile d'en parler, c'est un produit test non encore commercialisé sur lequel je devais donner mon avis. Texture très fluide qui m'a surprise mais qui démaquille très bien, et qui apaise les rougeurs (associé à une crème hydratante de la même gamme que je n'ai pas encore achevée), le parfum ne m'emballait pas plus que cela mais était discret.

 

 

 

Super lisseur rides yeux, l'ennemi juré des pattes d'oie !, Sephora (et ses noms à rallonge), flacon-pompe 15 ml, prix : 18,90 € Pas mal, mais ne vaut pas le Nuxe que j'aime tant. J'avais choisi celui-ci plus pour un effet anti-rides, pas flagrant hein, mais le flacon-pompe est sympa, (bémol : le produit sèche dans la partie finale où il sort, on se retrouve régulièrement avec de la crème sèche au début de la pression). La texture est un poil trop épaisse à mon goût. Le prix est correct, mais on peut trouver mieux. Je pense que je ne rachèterai pas.

 

Teint ultra-prodigieux, soin teinté bonne mine (01 peaux claires), effet hâle naturel, Nuxe, 30 ml, prix indicatif : 20,90 € Attention, ce produit n'est plus commercialisé (il a été remplacé par une crème teintée disponible en 3 teintes, à la texture un peu différente), comme j'ai toujours beaucoup aimé ce produit, j'en avais acheté plusieurs tubes en ventes privées à 8 € le flacon avant disparition. C'est un soin teinté (visage) qui donne bonne mine sans contenir d'auto-bronzant, pour un résultat très naturel. Idéal au printemps et en début d'été. Peut se porter sur la peau nue ou par-dessus une crème de jour (perso je l'utilise seul ou sur un sérum). Parfait aussi à la rentrée, pour prolonger un peu la bonne mine de l'été. Se démaquille donc le soir. De tous ceux que j'avais essayés il y a quelques années, c'est le seul qui me convenait vraiment tant au niveau de la texture que de la teinte. Comme j'ai encore du stock, je ne cherche pas encore à le remplacer, on verra plus tard :-)

 

Les soins corps :

Crème raffermissante intensive, gamme Tonific fermeté, Nuxe, pot 200 ml, prix indicatif : 36,50 €. Encore un produit qui n'est plus commercialisé et comme je l'aimais bien, j'ai fait quelques stocks en vente privée à petit prix avant disparition. Un gros pot gourmand à la senteur vivifiante, un soin corps qui reste léger, une texture fondante qui pénètre vite, et s'utilise sur tout le corps (le pot dit : "cuisses, ventre, buste, bras", moi je fais les jambes aussi ;-) ) Pas certaine de l'effet "raffermissant" mais une impression "tonifiante", le parfum peut-être !

 

 

Lait hydratant hâle progressif affinant, gamme Nutribronze slim de l'Oréal, tube 200 ml, prix indicatif : 7 € (acheté à moitié prix en déstockage). Encore un produit qui n'est plus commercialisé ! (suis-je donc si radine, ou au taquet des bonnes affaires ?, genre : puisque les produits minceur ne marchent pas achetons-les à prix soldés ^^)

Acheté surtout pour le côté hydratant auto-bronzant progressif, de ce côté-là il est pas mal, je me suis dit "tant qu'à faire, s'il fait minceur aussi" (rien vu de ce côté-ci). D'abord surprise par la texture très fluide, je l'ai appréciée car facile à appliquer et pénétrer. N'aurais peut-être pas racheté, mais la question ne se pose plus !

 

Un drôle de bilan ce mois de juillet : sur 8 produits, 3 n'existent plus (mais bilan très positif pour les produits Nuxe), 1 pas encore, et sur les 4 autres, 3 ne m'ont pas convaincue . Seul le déo tire son épingle du jeu mais ça n'a rien de franchement glamour... (un peu comme le dentifrice dont je ne parle jamais - des années de fidélité à Fluocaril en pharmacie : bon produit qui fait le job mais qui ne fait pas rêver dans les chaumières)

 

Voir les commentaires

Un air de juillet

23 Juillet 2013, 18:55pm

Publié par Laure

Le temps file plus vite que je ne le vois passer.

Bientôt 3 semaines que les filles sont parties (chez leur père), que mon grand vit sa vie ici ou là, et que je ne trouve le temps de rien, en tout cas pas de tout ce que je voudrais.

Je ne compte plus les piles de livres qui fleurissent partout, (un peu comme le linge à repasser d'ailleurs), les « il faudrait que »... et je n'en fais que la moitié du quart.

Sur un air de juillet j'ai

  • rapatrié un interne nantais  

Un air de juillet
  • loué à prix d'or et dès juillet (les proprios sont tous des escrocs des malins) un appartement pour la rentrée, faute d'internat reconduit - pas assez de places

  • prêté ma voiture à mon grand pour qu'il emmène sa Manon 2 jours à St-Malo (et moi j'ai tremblé jusqu'à son retour)

  • ri quand j'ai reçu sa carte postale « merci encore pour l'essence et la voiture, elle reviendra entière : minimum 3 roues »)

  • écouté Emilie Gassin aux nuits d'été de Sablé puis Sanseverino dans la foulée sur la même scène (les concerts des nuits d'été sont gratuits, cerise sur le gâteau, dans le parc du Château, celui qui abrite le site de restauration et de numérisation de la BNF)

(ne vous fiez pas à la photo, c'était l'ouverture, à la nuit et pour Sanseverino, le parc était comble)

(ne vous fiez pas à la photo, c'était l'ouverture, à la nuit et pour Sanseverino, le parc était comble)

  • accompagné des ados au camping de Larmor-Baden (un monospace, ça aide pour trimballer des tas de choses, souriez, ils rentreront en train, avec leur tas de choses – bon j'avais surtout mis du consommable)

  • pataugé dans une eau chaude et dégueulasse du golfe du Morbihan au pied du camping (une soupe boueuse et beurk, même les jeunes étaient euh... pas ravis), lézardé sur la plage avant de reprendre la route histoire d'amortir mes 500 km sur la journée

  • tenté de sauver des oisillons tombés du nid dans la laine de verre sous le toit de ma maison, mais j'y connais rien en oisillons moi, que fait-on quand la bestiole piaille de faim et vous béquète le doigt ?

  • Sauvé la mère oiseau de la gueule du chat qui attendait sous la trappe d'accès au toit, en courant après le chat pour lui reprendre la bête et la relâcher loin (ah on ne s'ennuie pas le soir ici)

 

  

Un air de juilletUn air de juillet
  • préparé des litres de tisane avec la menthe et la mélisse du jardin d'Estelle

Un air de juillet

Et quand je rentre du travail en me demandant ce que je vais bien pouvoir faire à manger ce soir, (avec ce qui traîne dans le congélateur ou dans les placards, pas fait les courses à part le ravitaillement des ados !), et que je découvre avec surprise sur le pas de ma porte un sac de haricots verts du jardin cueillis du jour, déjà équeutés et prêts à cuire : ah les bénévoles en bibliothèque, deux d'entre elles au moins sont mes deuxièmes mamans:-)

 

- (et faire la cuisine avec le sourire)

 

Je pars dans 5 jours (en travaillant jusqu'à la veille au soir) et je ne les ai pas encore ouverts...

Un air de juillet

Bel été à tous ceux qui passent par là, au rythme plus alangui des vacances

(c'est pas un peu contradictoire avec ma première ligne?)

 

 

(article rédigé avec la nouvelle administration d'over-blog, sans pouvoir modifier la place ou la taille des photos, ce qui explique des tailles incongrues pour certaines choses, mais je ne sais pas faire autrement techniquement, du moins sans y passer 3 heures, et... j'ai pas envie (d'y passer 3 heures) )

Voir les commentaires

La femme infidèle - Philippe Vilain

23 Juillet 2013, 17:44pm

Publié par Laure

la femme infidèle

Pierre Grimaldi découvre par hasard sur le téléphone portable de sa femme des textos sans équivoque qui ne lui sont pas destinés. « Je n’oublierai jamais le jour où j’appris que ma femme me trompait » : ainsi commence le récit du vertige intérieur et retenu dont souffre le personnage principal.

Il réfléchit, il rumine, il ne cherche pas le dialogue ni l’affrontement, il observe, épie, et se tait. Si les pensées intérieures sonnent juste, elles finissent toutefois par tourner un peu en rond et à lasser un peu le lecteur alors tenté de sauter des pages ou d’en lire en diagonale.

Aussi vite oublié que lu, hélas, pour ma part.

 

Grasset, janvier 2013, 153 pages, prix 14,95 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Getty images et éd. Grasset / rephotographié par moi

Voir les commentaires

Jeu de gamins, tome 3 : les chevaliers – Mickaël Roux

23 Juillet 2013, 17:36pm

Publié par Laure

Jeu de gamins t3Après les pirates et les cow-boys, voici venu le temps des Chevaliers

Tout se passerait presque bien (il y a quand même quelques accidents de catapulte) s’il n’y avait toujours dans les parages une fille pour rabrouer leur liesse : on ne fait plus des châteaux forts de sable, mais des immeubles avec antenne TV, faut vivre avec son temps, et nul besoin de triple rempart si une fille vous fait peur en vous criant dans le dos ! (« t’es folle, ça se fait pas d’arriver par derrière, y a des règles de guerre à respecter ! »), une fille qui sait se faire princesse ou sorcière, selon ce qui intéresse nos trois garçons. Des chevaliers du Jedi, des crapauds princes charmants, des lézards dragons et des ours en peluche qui se transforment en grizzlis dans les cauchemars, ah ils ne manquent pas d’imagination nos zigotos ! Parfois la réalité se rappelle à eux (il faut faire ses devoirs !) mais ils ont encore du bon temps devant eux avec leurs jeux de gamins !

À savourer dès 7 ans et faire circuler en famille.

 

Bamboo éd., avril 2013, 46 pages, prix : 10,60 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Mickaël Roux et éd. Bamboo

Voir les commentaires

Ça n’a pas l’air d’aller du tout ! Olivia Hagimont (et Christophe André)

19 Juillet 2013, 08:53am

Publié par Laure

(ou comment les crises de panique me sont tombées dessus)

 

ça n'a pas l'air d'aller du tout !Olivia Hagimont est illustratrice, mariée et mère de deux enfants, la trentaine, une vie tout ce qu’il y a de plus normale. Quand soudain les crises de panique lui tombent dessus. Les vraies, ce trouble anxieux récurrent avec sensation de mort imminente, consultation des urgences et écart peu à peu de toute vie sociale pour éviter toute situation qui pourrait entraîner une nouvelle crise. Les attaques de panique sont une maladie bien connue des psychiatres, qui ont les remèdes adéquats (médicaments au départ, puis psychothérapie comportementale). (Les généralistes sont plus rares à faire immédiatement le diagnostic, on vous balade souvent de spasmophilie en tétanie en passant par stress et anxiété)

Bien sûr chaque cas est particulier et il ne sera pas forcément nécessaire de se faire interner volontairement en HP comme l’auteur pour s’en sortir, mais son ouvrage est excellent à plus d’un titre :

- il explique bien, clairement, et de manière juste

- il dédramatise et fait sourire

- la BD est sympa, scénario et dessins, tout se tient (ça donne envie d’aller voir ce qu’Olivia Hagimont a fait d’autre)

Ce qui est encore plus intéressant peut-être (la BD est un témoignage personnel), c’est la quinzaine de pages en postface rédigées par le médecin psychiatre Christophe André : il explique le mécanisme des crises, les façons de les gérer, de vivre avec, et de s’en débarrasser, ou du moins, de les accepter et de les maîtriser. Il écarte toutes les idées reçues et bêtises fréquemment entendues sur le sujet, et des pistes de lecture et de sites internet sont proposés en fin d’ouvrage pour ceux qui souhaiteraient aller plus loin.

 

Un ouvrage qui allie humour, dédramatisation et explications simples, intelligentes et professionnelles.

A lire par tous ceux qui en souffrent, ou par leur entourage souvent démuni.  

 

Odile Jacob, mai 2012, 95 pages, prix : 14,90 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Olivia Hagimont et éd. Odile Jacob

Voir les commentaires

Lundi noir – Dominique Dyens

16 Juillet 2013, 15:10pm

Publié par Laure

lundi noirPaul Deshoulières, 55 ans, est un homme d’affaires accompli qui mène une vie bourgeoise confortable. Marié à Alice, qui voue un amour démesuré à l’argent et au niveau de vie qu’il lui permet, ils ont deux grands enfants partis faire leurs études à l’étranger. Tout semble donc aller pour le mieux dans ce couple aisé, mais il suffit de gratter un peu le vernis des apparences pour que celui-ci s’écaille à toute allure. Les adultères vont bon train, l’amour n’a plus grand sens, et Paul souffre en silence : depuis qu’il a été opéré cinq ans auparavant d’un cancer de la prostate, il est impuissant. Prêt à tout pour que sa femme ne le quitte pas, il n’a qu’une solution : lui offrir toujours plus d’argent, et pour ce faire, il comment un délit d’initié. C’est le début des ennuis.

 

Le début du roman est assez pénible à suivre, et agaçant sur certains points : beaucoup de termes et de sigles financiers dont on n’est pas forcément familier (je n’ai pas de master en CAC40), beaucoup de name dropping sur les boutiques du Faubourg Saint Honoré et les châlets à Gstaad (on n’est pas du même monde), sans trop que l’on sache bien de quel côté penche l’auteur. Mais quand les gros ennuis financiers de Paul semblent s’envoler comme par magie (un chèque anonyme lui arrive par la Poste), l’intrigue commence réellement et le lecteur y va de ses hypothèses. C’est bien plus complexe que ce que l’on aurait pu imaginer, et bien plus humain aussi que la superficialité énoncée de prime abord.

 

Je n’en dis pas plus, mais comme toujours avec les romans de Dominique Dyens, une fois commencé il est impossible de ne pas aller au bout d’une traite tant c’est bien ficelé.

 

Quelques points forts de ce roman : la façon très naturelle et courageuse de parler de la maladie, des suites d’un cancer de la prostate, de l’impuissance : il me semble que ce sujet est assez peu abordé en littérature, et le lier ici à la puissance (de l’argent) est doublement intéressant. Qu’est-ce qui fait un homme ? un statut social, un compte en banque qui déborde ou un sexe en pleine vigueur ?  De même la maladie d’Alzheimer est abordée très justement, sans fard, avec un autre personnage très important que je vous laisse découvrir. On a beau être très bien informé sur le sujet, les mots d’une réalité tangible restent touchants. Comme si la fiction était plus forte encore que tout ce que la littérature grise vous apprend au quotidien.

 

Le drame bourgeois est à son faîte, le vernis s’écaille, et le naturel revient au galop : c’est bien ce qu’on attendait de l’auteur, qui offre une fois encore (après Intuitions en 2011) un roman fort et prenant sur le jeu de l’amour et du pouvoir, même si ici l’aspect financier un peu trop développé peut rebuter un peu le lecteur qui n’est pas fan de cette actualité-là…

 

(Merci à Sylvie qui m’a offert ce roman pour mon dernier anniversaire)

 

 

Héloïse d’Ormesson, mai 2013, 205 pages, prix : 17 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Emmanuel Pierrot / VU’ et EHO.

Voir les commentaires

Matantemma - Michel Picard

15 Juillet 2013, 19:40pm

Publié par Laure

(ah le plaisir simple de ressortir un vieux livre pour lequel aucune attachée de presse ou autre community manager n'attend d'article!)

 

matantemmaUn neveu rend visite chaque année à sa tante Emma (qui se prénomme d'ailleurs Eliane!) et son oncle André, couple de retraités installé dans les Ardennes. Depuis qu'elle est la retraite, « Matantemma » est une obsessionnelle du ménage : elle passe ses journées à briquer, frotter, laver, chasser le sale qui aurait bien quelque affinité avec le mal. Son mari, Mononclandré, est plus serein et s'occupe entre bricolage et ordinateur.

La première prouesse de l'auteur est d'avoir réussi à développer et renouveler son thème sur deux cents pages : toutes les techniques et toutes les manies nous sont narrées ! La seconde prouesse est bien sûr dans ce qu'il y a au-delà, dans cette vie singulière, dans ces activités routinières que l'on met en place à la retraite, pour s'occuper, pour se rassurer, dans la description fine de ce couple, de cette génération, où à bien des moments on pense à untel ou untel, des petits vieux comme cela, englués dans leurs habitudes qu'il ne faut surtout pas changer, on en connaît tous. Et gardons-nous bien de critiquer, comment serons-nous nous-mêmes ?

La dernière prouesse enfin, est dans les dix dernières pages, avec une fin brillamment amenée et conduite jusqu'aux dernières lignes.

Elle nous a agacée tout au long du livre cette Tantemma , et pourtant à la dernière ligne, on les aime ces deux-là, et avec quelle ironie du sort on salue le talent de l'auteur pour ce bon moment passé, et son écriture précise et juste.

 

Buchet-Chastel, août 2007, 189 pages, prix : 15,20 €

Etoiles : 

Crédit photo couverture : éd. Buchet-Chastel

 

Voir les commentaires