Les jardins d'Hélène

Je rachète ou pas ? (les cosmétiques du mois # août 2015)

31 Août 2015, 18:26pm

Publié par Laure

Je rachète ou pas ? (les cosmétiques du mois # août 2015)

Un petit mois avec seulement 7 produits terminés (il manque un solaire terminé en vacances!) :

 

  • du savon de Marseille adoucissant au lait et parfum raisin, dans la gamme « nectar of nature », Les Cosmétiques Design Paris de chez Carrefour, pack de deux, mais j'avais utilisé le 1er il y a longtemps ! J'aime bien de temps en temps revenir aux savons simples sous la douche plutôt qu'aux gels douches, j'ai bien aimé cette gamme et ce parfum. Simple et efficace.

 

 

  • Le gel visage nettoyant fraicheur de la gamme Hydra Végétal de chez Yves Rocher, dans sa nouvelle version « eco-tube » : seul le bouchon du tube a changé, pour utiliser moins de plastique, être un peu plus compact, mais c'est une vraie cata : le clapet est très difficile à ouvrir, on y laisse un ongle chaque matin, et par malheur le flacon est tombé dans la douche : paf, cassé. Résultat, ben pas facile d'utiliser le reste du produit, surtout à la fin. J'ai commencé un deuxième flacon, et j'ai le même problème : le clapet est dur à refermer, dur à ouvrir, au final je le laisse entrouvert histoire de ne pas me prendre la tête tous les matins, mais si la formule me convient toujours autant, cette histoire de bouchon pourrait bien avoir raison de mes achats ! Comme quoi le côté « éco » est ici un ratage complet.

 

 

  • Le déo Sanex natur protect à la pierre d'alun, en atomiseur pour peaux normales : la meilleure alternative que j'aie trouvée aux déos avec sels d'aluminium, avec une efficacité équivalente, ce qui n'est pas toujours le cas avec d'autres marques : j'en rachète régulièrement, parfois en bille pour prendre moins de place, mais c'est l'atomiseur que je trouve le plus pratique pour s’habiller direct après !

 

 

 

  • Le gel Minceur Effiness, anti-cellulite, désinfiltrant, sans paraben, tube de 125 ml :acheté à prix mini sur beauté privée, genre 5 euros (il est à 18 euros en moyenne sur les sites internet), il est agréable à utiliser, ne dessèche pas trop la peau, mais honnêtement, je n'ai pas vu grand résultat, ni sur la cellulite, ni sur la rétention d'eau. Je ne rachèterai pas.

(Principes actifs annoncés : 30% (extraits de fucus, Lierre et Marron d’Inde ; huiles essentielles de Genièvre et Pamplemousse))

 

  • Gélules solaires Optima, pot de 60 capsules (en prendre 2 par jour) : alternative au précurseur Oenobiol, mais autour de 5/6 euros en supermarché. J'utilise en général ces gélules pour éviter les lucites estivales, et de ce point de vue, je vois une nette amélioration. J'en achète donc chaque été, c'est la première fois que j'achète cette marque-là, la moins chère que j'ai trouvée, et je trouve l'efficacité identique, du moins dans la prévention des lucites, donc j'essaierai de m'en souvenir l'été prochain !

 

 

  • Le Soin de Jour Anti-Rides comblant de Diadermine, Lift+ super lisseur, en pot de 50 ml, autour de 10 € (reçu gratuitement en test via le club testeurs d'amazon) :

Si au premier abord la crème est assez épaisse, elle pénètre très bien, sans effet gras, et l'effet est rapide et visible pour l'aspect "plumping". La peau est bien hydratée, confortable, et parait regonflée. Les rides paraissent ainsi moins visibles. Je suis vraiment ravie du résultat.
Le seul point négatif, et il est quand même gênant, est qu'il est quasi impossible de se maquiller après : les fonds de teint peluchent, et ce quelle que ce soit la marque ou formule, même en attendant 1/4 d'heure, et quelle que soit la méthode d'application, au doigt, à l'éponge ou au pinceau. Je n'ai pas de fond de teint Diadermine, peut-être que cela réglerait le problème, en général les produits d'une même marque sont prévus pour être compatibles entre eux.

Même s'il s'agit d'un soin jour, il n'y a pas d'indication de SPF, je l'utilise donc aussi le soir en crème de nuit, où là je n'ai pas de problème de "peluche" après !

J'hésite donc à le racheter pour cette raison-là, même s'il est plutôt top pour l'aspect regonflant de la peau.

 

 

  • La brume solaire 50 + en spray de Garnier – Ambre solaire : sans parfum, sans colorant, sans paraben, ne tache pas les vêtements (aux encolures et manches par exemple), protège correctement, je crois l'avoir payée autour de 13 euros, mais c'est une formule que j'apprécie énormément, donc oui, c'est pour moi une valeur sûre à racheter, d'autant qu'elle est moins chère que les équivalents en parapharmacie (mais ils étaient les pionniers dans ce type de formule il y a quelques années). Je suis par contre moins fan de la même en version indice 30 : elle est parfumée et c'est dommage (enfin ça dépend des goûts de chacun!) On a laissé le flacon vide en vacances, on allait pas encombrer les valises du retour en avion ! :-)

 

Rendez-vous fin septembre :-)

 

Voir les commentaires

Le secret - Emilie Vast

28 Août 2015, 14:07pm

Publié par Laure

 

 

Quel est donc ce secret que l’oiseau murmure à l’oreille du cerf sur la couverture ?

Tout commence par Renarde, qui a un secret. Mais ce secret est tel qu’elle ne peut s’empêcher de le confier à Lapin. Qui va le confier à Libellule… et ainsi de suite. Ce qui donnera l’occasion également de découvrir des synonymes d’extraordinaire, formidable, etc. tout en attisant la curiosité du lecteur (même si l’adulte, lui, a bien une petite idée). A la fin, Renarde invitera tout le monde à venir découvrir son bien beau secret, en présence de tous les animaux réunis sur une double page.

 

Les illustrations sont magnifiques, pures, fines, mêlant aplats de couleurs et finesse du trait dans le dessin des arbustes, le détail des plantes et des fleurs. L’ensemble est doux, presque poétique, apaisant et séduisant. La qualité du papier choisi par l’éditeur souligne la qualité du travail.

 

Un très bel album sur la naissance (chut, j’ai dévoilé le secret), mais il est si beau qu’il faut le partager sans plus tarder.

 

Éditions MeMo, juin 2015, 24 pages, prix : 12 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Émilie Vast et éd. MeMo

Voir les commentaires

Le combat de Rémus et Romulus – Hélène Montardre

25 Août 2015, 09:20am

Publié par Laure

Illustrations de Benjamin Bachelier, couverture de Nicolas Dufaut

 

Rentrant tout juste de Rome, je ne pouvais pas ne pas lire cette histoire de Rémus et Romulus !

 

Lorsque l'on évoque Rémus et Romulus dans la fondation de Rome, on pense immédiatement aux jumeaux nourris par la louve, mais on oublie combien cette histoire fut sanguinaire, mêlant conflits, meurtres et jalousie.

 

Deux frères, Numitor et Amulius, se disputent la ville d'Albe. Numitor en était le Roi, son frère possédait d'autres richesses héritées de leur père, mais ce qu'il veut, c'est la place de Numitor.

Il est donc hors de question que la fille de Numitor, Rhéa Sylvia, ait des enfants, sinon le trône leur reviendra. Ainsi Amulius la condamne-t-il à devenir vestale, les vestales étaient les gardiennes du feu sacré qui avaient l'obligation de chasteté.

Mais Rhéa Sylvia tombe enceinte et accouche de jumeaux. Son oncle Amulius la fait enfermer dans un cachot et enlève ses enfants qu'il fait déposer dans un berceau sur le Tibre. Arrivent ensuite la louve, un pivert, et le berger Faustulus qui prennent soin des jumeaux nouveaux-nés.

Il faudra encore bien des querelles, des combats et des assassinats avant que Romulus ne fonde la ville de Rome en 753 av. J.C.

Enfin ça, c'est ce que dit la mythologie... qu'Hélène Montardre a l'art, dans cette petite collection, de rendre vivante et aisée, malgré le nombre de personnages, hommes et dieux confondus !

 

La couverture choisie a le mérite de rétablir la réalité (du mythe!), montrant l'affrontement des deux frères plutôt la mignonne louve les allaitant.

 

Un dossier documentaire de quatre pages enrichit le récit et donnerait presque envie de relire Tite-Live et son Histoire de Rome !

 

 

D'autres récits d'Hélène Montardre (sur ce blog) :

- La prise de la Bastille / vercingétorix contre Jules César

- L'agenda (roman ado)

 

 

Nathan, coll. Petites histoires de la mythologie, août 2015, 56 pages, prix : 4,95 €

Étoiles :

Crédit photo couverture : © Nicolas Dufaut et éd. Nathan

Voir les commentaires

Le renversement des pôles - Nathalie Côte

23 Août 2015, 16:22pm

Publié par Laure

Deux couples qui ne se connaissent pas sont voisins sur leur lieu de vacances. Dans les deux cas, le couple se délite.

Claire n'aime plus Arnaud et connaît le frisson dans les bras de Simon alors que son mari Arnaud tente naïvement et maladroitement de la reconquérir ; Vincent et Virginie ne pensent qu'à l'argent, et au 4x4 que Virginie veut acheter à la rentrée, surtout qu'elle l'a déjà annoncé autour d'elle, de quoi aurait-elle l'air si ça ne se faisait pas ? Le drame de la classe moyenne qui veut toujours plus.

 

Un roman qui manque malheureusement d'originalité mais dont le rythme fonctionne, c'est plaisant à lire, on a vite fait de s'identifier ou de reconnaître l'un des siens, en se jurant que non, quand même, pas à ce point-là....

 

C'est le roman parfait à lire en vacances, en épiant ses voisins de transat à la piscine de la résidence, ils sont bien tous comme cela ces gens-là, non, à se faire la gueule, à faire semblant, à tout sacrifier aux apparences, à ne pas supporter la frustration constante qu'entretient la société de consommation ? Sinon, loin des vacances, un goût connu de déjà vu déjà lu.

 

Il faut croire que le bouledogue français a désormais supplanté le labrador ou le golden retriever dans l'image de la famille parfaite. (Allusion au bandeau de couverture et au bouledogue qui s'appelle Hercule dans le roman, et qu'on met en photo sur Facebook).

 

 

 

Premier roman, dont la lecture entre dans le Projet 68 premières fois.

 

 

 

 

 

Flammarion, août 2015, 189 pages, prix : 16 €

Étoiles :

Crédit photo bandeau couverture : © Tim Platt / getty Images et éd. Flammarion

Voir les commentaires

Avec lui. - Nathalie Poitout

22 Août 2015, 15:31pm

Publié par Laure

Marie aime Paul, Paul aime Marie. Parfois, ça se complique un peu.

 

La première partie qui occupe les ¾ du roman les raconte ensemble, des premiers instants à la rupture. Leurs attentes qui ne sont pas les mêmes, Paul qui est déprimé, n'a pas encore fait le deuil de son premier mariage, et en devient ignoble. Marie qui encaisse. Puis deux parties très courtes sur l'après.

 

Ce roman me tentait beaucoup (les lecteurs de ce blog savent combien j'aime les romans intimistes qui décortiquent les relations humaines en général et de couple en particulier) et m'a beaucoup déçue. L'histoire est somme toute banale, et si le personnage de Paul est assez clair dans l'analyse qu'en fait l'auteur, celui de Marie me semble bien plus torturé (je ne suis pas sûre de l'avoir vraiment comprise) mais ce que j'en retiens davantage, c'est le style insupportable. Au début, cela fait de l'effet, des phrases courtes, simples, des fragments (d'un discours amoureux) qui deviennent litanie : Marie aime Paul, Paul aime Marie, Marie attend Paul, Marie a rencontré les parents de Paul, Marie a trente-huit ans, Marie construit des cabanes avec les enfants, ….mais à la longue ça en devient agaçant, STOP ! On a passé l'âge des méthodes d'apprentissage de la lecture : le chat est bleu. Le poisson vole. L'amour c'est dur. L'amour c'est beau. L'amour etc. Oh pardon je m'emporte.

 

Et ce qui m'interpelle, c'est ce point après le titre : Avec lui. Point. Il n'y a jamais de point dans les titres, c'est donc que celui-ci a un sens. Avec lui, point, final. Fin du couple. Après ce n'est plus jamais pareil ? Je n'en sais rien. Et ces copines, - pardon, les amies de Marie - si occupées qu'elles tuent leur ennui en arpentant les rayons du Bon Marché... Elles se sont rencontrées à la Sorbonne ou aux États-Unis, leurs parents sont normaliens et polytechniciens (ah tiens, pas femme de ménage ni ouvrier?), acheter un appartement ne pose aucun problème à personne (c'est aussi facile que d'en écrire la phrase), elles travaillent mais ça ne semble pas les occuper vu que personne n'en parle jamais, ça en devient pédant et c'est insupportable.

 

Désolée.

 

 

Une lecture qui s'inscrit dans le Projet 68 premières fois, puisque Avec lui. est un premier roman de cette rentrée littéraire.

 

 

 

 

 

Alma éd., août 2015, 137 pages, prix : 16 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Alma éd.

Voir les commentaires

Nous serons des héros - Brigitte Giraud

20 Août 2015, 10:18am

Publié par Laure

Olivio a 8 ans quand il arrive en France avec sa mère, fuyant la dictature de Salazar qui lui a pris la vie de son père. D'abord hébergés chez des amis à Lyon, ils vont ensuite s'installer chez Max, un « rapatrié » d'Algérie, avec qui sa mère refait sa vie. Max est déjà papa d'un petit Bruno, qu'il reçoit un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires.

 

Un personnage central du roman, parce qu'il le conduit du début à la fin, est le chat Oceano qu'Olivio a sauvé d'une tempête juste avant de quitter le Portugal, et qui l'accompagnera jusqu'à la sortie de l'adolescence. Oceano est le seul point de repère et d'attachement (avec sa mère) qu'a réellement le petit garçon, et ce chat l'aide à surmonter sa relation difficile avec son beau-père, qui les rejette tous les deux, de manière plus ou moins ouverte. Oceano est interdit dans la maison alors qu'il est le seul point lumineux d'Olivio, Olivio est considéré et traité bien différemment de son fils Bruno.

Tout comme Ahmed, le petit maghrébin du quartier, avec qui Olivio a sympathisé, mais tout aussi rejeté par Max.

On perçoit bien également la soumission de la mère, touchante, sans cesse partagée entre son compagnon et son fils.

 

C'est un magnifique roman sur l'exil, les racines, sur la construction de soi, de l'enfance à l'adolescence et à l'âge adulte par les événements de l'Histoire (la dictature puis la révolution des œillets en avril 1974), les événements de la vie (la perte d'un père, la famille recomposée), et l'affirmation de soi d'un jeune garçon sensible et doux.

Le roman aborde également le thème de l'engagement politique, qu'il soit sur place ou à distance.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman de Brigitte Giraud, pour l'empathie immédiate et constante que j'ai ressentie pour le personnage d'Olivio, que j'ai aimé retrouver comme un moment d'intimité égoïste le temps de ma lecture ; j'aime l'écriture simple et pourtant si juste de l'auteur.

 

Si j'avais lu la quatrième de couverture, je n'aurais a priori pas choisi ce roman (la thématique ne m'intéressait pas spécialement) mais je l'ai choisi « à l'aveugle » parce que j'aime ce que fait l'auteur en général, et bien m'en a pris car ce fut un très bon moment de lecture, mais pas seulement, c'est aussi un texte qui reste longtemps ancré en soi. Un beau roman de cette rentrée littéraire d'automne.

 

 

Stock, coll. La Bleue, août 2015, 198 pages, prix : 17,50 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © éd. Stock

Voir les commentaires

Ne regarde pas - Michelle Gagnon

19 Août 2015, 14:59pm

Publié par Laure

2ème volume de la trilogie Expérience Noa Torson

 

traduit de l'américain par Julien Chèvre

 

Si le tome 1 avait retenu toute mon attention par son aspect thriller efficace, ce tome 2, que j'attendais pourtant, m'a moins convaincue.

 

L'action est plus posée, moins haletante, quelques coups d'éclats bien sûr, mais j'ai trouvé les faits relatés souvent trop redondants et un peu longuets.

Noa s'est attachée, avec un groupe de jeunes rescapés comme elle, à libérer les victimes des expériences menées par le groupe Pike & Dolan, dans le cadre du Projet Perséphone, un programme de recherche secret qui vise à trouver un remède contre la PEMA, une maladie mortelle qui touche des adolescents, mais qui n'hésite pas à kidnapper des orphelins sans-abri pour s'en servir de cobayes. Action qui n'est pas sans risque et agitation pour la jeune fille et son groupe !

 

Si le tome 1 consistait essentiellement à fuir pour survivre et à tenter de comprendre, celui-ci se veut plus dans l'action et la lutte. Peter de son côté, loin de Noa, s'active toujours à hacker des serveurs pour avancer dans l'enquête, son principal ennemi et danger étant toujours Mason. Les deux héros travaillent toujours de concert même si dans ce tome ils ne se verront pas ou peu.

Les à-coté « sentimentaux » sont discrets mais prennent une autre tournure que ceux esquissés dans le tome 1, même si la fin laisse entrevoir un nouveau virage.

 

Une petite baisse de régime qui attise quand même la curiosité de connaître le fin mot de l'histoire !

 

Le tome 3 étant sorti en août 2014 aux États-Unis, on peut imaginer qu'il est en cours de traduction et que Nathan nous le proposera en fin d'année ou début 2016.

 

Nathan, août 2015, 421 pages, prix : 16,90 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © éd. Nathan.

 

Voir les commentaires

La petite barbare - Astrid Manfredi

14 Août 2015, 17:22pm

Publié par Laure

Lorsque j'ai commencé ce livre (lu en avant-première en streaming grâce à un concours gagné sur la page Facebook de l'éditeur), je n'avais pas remarqué que la couverture formait en fait un visage, j'y avais vu pour ma part deux mains !

 

La petite barbare est le récit d'une jeune femme qui purge une peine de prison pour complicité de meurtre. Elle a 23 ans, et comme on dirait en langage qui se veut bien pensant, c'est une jeune de banlieue qui a mal tourné. Elle a la rage, la haine, une colère virulente émane de ses propos cash, crus, dérangeants. J'ai longtemps hésité avant de savoir si j'aimais ou non ce roman, que je trouvais de prime abord trop empli de clichés « prêts à penser » sur la violence quotidienne des banlieues et des zones de non-droit, mais quelque chose d'intéressant dans l'écriture m'a accrochée, dans sa volonté à mêler toujours la beauté littéraire (Duras, Brecht) à la vulgarité des mots crus de la rue, de la drogue, de la prostitution, du sexe.

 

C'est un texte qui ne peut laisser indifférent, qui heurte et dénonce en filigrane la société dans laquelle on vit aujourd'hui.

 

Au final, un texte très fort dont je reconnais le talent d'écriture et l'empreinte qu'il laisse dans la mémoire du lecteur.

 

Je suis curieuse de suivre à présent cette auteur, dont cette petite barbare est le premier roman.

 

 

 

Lecture qui s'inscrit dans le projet 68 premières fois de l'Insatiable Charlotte.

 

 

 

 

Extraits :

 

page 33 : « Je garde tout le temps la bouche ouverte comme une promesse. Je m'en fous de respirer, je veux mourir essoufflée. Du bruit et de la fureur, voilà ce qui germe dans le cœur de mon cœur. Ça gronde, c'est un orage et aucun présentateur météo ne pourra prédire où il va s'abattre. »

 

page 48 : « Le seul truc bien, c'est qu'à force de la ramener avec mon blues, ils m'ont proposé des bouquins alors j'ai lu, beaucoup. Je lisais tout ce que je trouvais, je ne faisais pas ma difficile tant que les histoires des autres me permettaient de zapper la mienne. »

 

page 48 toujours : « Depuis les séances avec le Dr Neveu, j'écris à fond, mon bâtard je l'appelle, mon futur livre, autant en rire. »

 

page 77 : « Stone à l'ennui, j'écoute la pluie. Ce soir-là, c'est calme et toutes les filles pioncent. Je pense à David. Ça me rend sentimentale la pluie. Les feuilles d'automne, les coups de talon pour les écrabouiller, puis tous les trucs des poètes qui kiffent la gadoue, racontent leurs vies, leurs amours pour des femmes lointaines et impossibles. C'est ça le romantisme : ne pas obtenir ce qu'on veut et pleurer. Une longue lamentation et le vide pour réponse."

 

 

Belfond, août 2015, 160 pages, prix : 15 euros

Etoiles :

Crédit photo couverture : © éd. Belfond

Voir les commentaires

Notes d'été # 3

5 Août 2015, 17:39pm

Publié par Laure

Se préparer ....

Notes d'été # 3

et laisser la maison et les chats aux bons soins de grande fifille qui travaille tout l'été...

Voir les commentaires

Messieurs les auteurs...

4 Août 2015, 18:29pm

Publié par Laure

Messieurs les auteurs...

Je sais, je vais encore relancer l'interminable polémique sur l'autoédition, et les malheureux viendront à nouveau déverser leur fiel, que c'est pas l'orthographe qui compte, que tout le monde fait des fautes (moi la première) mais ce genre de livres, ce n'est juste "pas possible".

 

C'est un exemple malheureux parmi tant d'autres, allez voir les commentaires sur amazon, que du 5 étoiles, dont certains n'ont commenté de tout leur profil sur le site que ce seul titre. (c'est quasi systématique sur tous les titres d'autoédition) Que dire du commentateur qui reconnaît qu'il y a une faute, une seule dans tout le livre ... ?

 

Un auteur qui confond systématiquement le futur et le conditionnel, qui laisse 5 fautes par page, et qui a une couverture qui ne tient pas à plat sur le livre, que voulez-vous que je vous dise...

 

J'ai pris celui qui trainait au pied de mon lit mais j'en ai reçu des dizaines de cet acabit, et j'en vois défiler au bureau aussi, qui attendent la rencontre auteur avec le public et la séance de dédicaces.

A offrir aux copains sur un tirage papier d'imprimante pourquoi pas, mais en vente ?

Et le problème est le même, voire pire, en autoédition numérique.

Et je (ne) hurla (pas) de plaisir... ou cliquez ici pour découvrir la littérature d'aujourd'hui. ça fait peur. Non il n'y a pas que Proust dans la vie (il y a Musso aussi ^^), mais de grâce .... laissez-moi lire en paix.

(bon comme ça au moins, vous voyez le nombre de pages que je n'ai pas pu dépasser)(bon comme ça au moins, vous voyez le nombre de pages que je n'ai pas pu dépasser)
(bon comme ça au moins, vous voyez le nombre de pages que je n'ai pas pu dépasser)

(bon comme ça au moins, vous voyez le nombre de pages que je n'ai pas pu dépasser)

Voir les commentaires