Les jardins d'Hélène

Nous serons des héros - Brigitte Giraud

20 Août 2015, 10:18am

Publié par Laure

Olivio a 8 ans quand il arrive en France avec sa mère, fuyant la dictature de Salazar qui lui a pris la vie de son père. D'abord hébergés chez des amis à Lyon, ils vont ensuite s'installer chez Max, un « rapatrié » d'Algérie, avec qui sa mère refait sa vie. Max est déjà papa d'un petit Bruno, qu'il reçoit un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires.

 

Un personnage central du roman, parce qu'il le conduit du début à la fin, est le chat Oceano qu'Olivio a sauvé d'une tempête juste avant de quitter le Portugal, et qui l'accompagnera jusqu'à la sortie de l'adolescence. Oceano est le seul point de repère et d'attachement (avec sa mère) qu'a réellement le petit garçon, et ce chat l'aide à surmonter sa relation difficile avec son beau-père, qui les rejette tous les deux, de manière plus ou moins ouverte. Oceano est interdit dans la maison alors qu'il est le seul point lumineux d'Olivio, Olivio est considéré et traité bien différemment de son fils Bruno.

Tout comme Ahmed, le petit maghrébin du quartier, avec qui Olivio a sympathisé, mais tout aussi rejeté par Max.

On perçoit bien également la soumission de la mère, touchante, sans cesse partagée entre son compagnon et son fils.

 

C'est un magnifique roman sur l'exil, les racines, sur la construction de soi, de l'enfance à l'adolescence et à l'âge adulte par les événements de l'Histoire (la dictature puis la révolution des œillets en avril 1974), les événements de la vie (la perte d'un père, la famille recomposée), et l'affirmation de soi d'un jeune garçon sensible et doux.

Le roman aborde également le thème de l'engagement politique, qu'il soit sur place ou à distance.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman de Brigitte Giraud, pour l'empathie immédiate et constante que j'ai ressentie pour le personnage d'Olivio, que j'ai aimé retrouver comme un moment d'intimité égoïste le temps de ma lecture ; j'aime l'écriture simple et pourtant si juste de l'auteur.

 

Si j'avais lu la quatrième de couverture, je n'aurais a priori pas choisi ce roman (la thématique ne m'intéressait pas spécialement) mais je l'ai choisi « à l'aveugle » parce que j'aime ce que fait l'auteur en général, et bien m'en a pris car ce fut un très bon moment de lecture, mais pas seulement, c'est aussi un texte qui reste longtemps ancré en soi. Un beau roman de cette rentrée littéraire d'automne.

 

 

Stock, coll. La Bleue, août 2015, 198 pages, prix : 17,50 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © éd. Stock

Voir les commentaires

Ne regarde pas - Michelle Gagnon

19 Août 2015, 14:59pm

Publié par Laure

2ème volume de la trilogie Expérience Noa Torson

 

traduit de l'américain par Julien Chèvre

 

Si le tome 1 avait retenu toute mon attention par son aspect thriller efficace, ce tome 2, que j'attendais pourtant, m'a moins convaincue.

 

L'action est plus posée, moins haletante, quelques coups d'éclats bien sûr, mais j'ai trouvé les faits relatés souvent trop redondants et un peu longuets.

Noa s'est attachée, avec un groupe de jeunes rescapés comme elle, à libérer les victimes des expériences menées par le groupe Pike & Dolan, dans le cadre du Projet Perséphone, un programme de recherche secret qui vise à trouver un remède contre la PEMA, une maladie mortelle qui touche des adolescents, mais qui n'hésite pas à kidnapper des orphelins sans-abri pour s'en servir de cobayes. Action qui n'est pas sans risque et agitation pour la jeune fille et son groupe !

 

Si le tome 1 consistait essentiellement à fuir pour survivre et à tenter de comprendre, celui-ci se veut plus dans l'action et la lutte. Peter de son côté, loin de Noa, s'active toujours à hacker des serveurs pour avancer dans l'enquête, son principal ennemi et danger étant toujours Mason. Les deux héros travaillent toujours de concert même si dans ce tome ils ne se verront pas ou peu.

Les à-coté « sentimentaux » sont discrets mais prennent une autre tournure que ceux esquissés dans le tome 1, même si la fin laisse entrevoir un nouveau virage.

 

Une petite baisse de régime qui attise quand même la curiosité de connaître le fin mot de l'histoire !

 

Le tome 3 étant sorti en août 2014 aux États-Unis, on peut imaginer qu'il est en cours de traduction et que Nathan nous le proposera en fin d'année ou début 2016.

 

Nathan, août 2015, 421 pages, prix : 16,90 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © éd. Nathan.

 

Voir les commentaires

La petite barbare - Astrid Manfredi

14 Août 2015, 17:22pm

Publié par Laure

Lorsque j'ai commencé ce livre (lu en avant-première en streaming grâce à un concours gagné sur la page Facebook de l'éditeur), je n'avais pas remarqué que la couverture formait en fait un visage, j'y avais vu pour ma part deux mains !

 

La petite barbare est le récit d'une jeune femme qui purge une peine de prison pour complicité de meurtre. Elle a 23 ans, et comme on dirait en langage qui se veut bien pensant, c'est une jeune de banlieue qui a mal tourné. Elle a la rage, la haine, une colère virulente émane de ses propos cash, crus, dérangeants. J'ai longtemps hésité avant de savoir si j'aimais ou non ce roman, que je trouvais de prime abord trop empli de clichés « prêts à penser » sur la violence quotidienne des banlieues et des zones de non-droit, mais quelque chose d'intéressant dans l'écriture m'a accrochée, dans sa volonté à mêler toujours la beauté littéraire (Duras, Brecht) à la vulgarité des mots crus de la rue, de la drogue, de la prostitution, du sexe.

 

C'est un texte qui ne peut laisser indifférent, qui heurte et dénonce en filigrane la société dans laquelle on vit aujourd'hui.

 

Au final, un texte très fort dont je reconnais le talent d'écriture et l'empreinte qu'il laisse dans la mémoire du lecteur.

 

Je suis curieuse de suivre à présent cette auteur, dont cette petite barbare est le premier roman.

 

 

 

Lecture qui s'inscrit dans le projet 68 premières fois de l'Insatiable Charlotte.

 

 

 

 

Extraits :

 

page 33 : « Je garde tout le temps la bouche ouverte comme une promesse. Je m'en fous de respirer, je veux mourir essoufflée. Du bruit et de la fureur, voilà ce qui germe dans le cœur de mon cœur. Ça gronde, c'est un orage et aucun présentateur météo ne pourra prédire où il va s'abattre. »

 

page 48 : « Le seul truc bien, c'est qu'à force de la ramener avec mon blues, ils m'ont proposé des bouquins alors j'ai lu, beaucoup. Je lisais tout ce que je trouvais, je ne faisais pas ma difficile tant que les histoires des autres me permettaient de zapper la mienne. »

 

page 48 toujours : « Depuis les séances avec le Dr Neveu, j'écris à fond, mon bâtard je l'appelle, mon futur livre, autant en rire. »

 

page 77 : « Stone à l'ennui, j'écoute la pluie. Ce soir-là, c'est calme et toutes les filles pioncent. Je pense à David. Ça me rend sentimentale la pluie. Les feuilles d'automne, les coups de talon pour les écrabouiller, puis tous les trucs des poètes qui kiffent la gadoue, racontent leurs vies, leurs amours pour des femmes lointaines et impossibles. C'est ça le romantisme : ne pas obtenir ce qu'on veut et pleurer. Une longue lamentation et le vide pour réponse."

 

 

Belfond, août 2015, 160 pages, prix : 15 euros

Etoiles :

Crédit photo couverture : © éd. Belfond

Voir les commentaires

Notes d'été # 3

5 Août 2015, 17:39pm

Publié par Laure

Se préparer ....

Notes d'été # 3

et laisser la maison et les chats aux bons soins de grande fifille qui travaille tout l'été...

Voir les commentaires

Messieurs les auteurs...

4 Août 2015, 18:29pm

Publié par Laure

Messieurs les auteurs...

Je sais, je vais encore relancer l'interminable polémique sur l'autoédition, et les malheureux viendront à nouveau déverser leur fiel, que c'est pas l'orthographe qui compte, que tout le monde fait des fautes (moi la première) mais ce genre de livres, ce n'est juste "pas possible".

 

C'est un exemple malheureux parmi tant d'autres, allez voir les commentaires sur amazon, que du 5 étoiles, dont certains n'ont commenté de tout leur profil sur le site que ce seul titre. (c'est quasi systématique sur tous les titres d'autoédition) Que dire du commentateur qui reconnaît qu'il y a une faute, une seule dans tout le livre ... ?

 

Un auteur qui confond systématiquement le futur et le conditionnel, qui laisse 5 fautes par page, et qui a une couverture qui ne tient pas à plat sur le livre, que voulez-vous que je vous dise...

 

J'ai pris celui qui trainait au pied de mon lit mais j'en ai reçu des dizaines de cet acabit, et j'en vois défiler au bureau aussi, qui attendent la rencontre auteur avec le public et la séance de dédicaces.

A offrir aux copains sur un tirage papier d'imprimante pourquoi pas, mais en vente ?

Et le problème est le même, voire pire, en autoédition numérique.

Et je (ne) hurla (pas) de plaisir... ou cliquez ici pour découvrir la littérature d'aujourd'hui. ça fait peur. Non il n'y a pas que Proust dans la vie (il y a Musso aussi ^^), mais de grâce .... laissez-moi lire en paix.

(bon comme ça au moins, vous voyez le nombre de pages que je n'ai pas pu dépasser)(bon comme ça au moins, vous voyez le nombre de pages que je n'ai pas pu dépasser)
(bon comme ça au moins, vous voyez le nombre de pages que je n'ai pas pu dépasser)

(bon comme ça au moins, vous voyez le nombre de pages que je n'ai pas pu dépasser)

Voir les commentaires

Notes d'été # 2

3 Août 2015, 15:16pm

Publié par Laure

La vie plus douce des vacances. Se recoucher avec un nouveau bouquin après le petit déj. Le finir.

 

 

 

Passer au travail demander la possibilité d'emprunter pour quelques heures un vieux camion. Histoire d'alléger le #calvaire annuel. S'atteler à la tâche avec Mosquito.

Sous le regard attentif du chef de chantier qui veille au bon déroulement des opérations sur le tableau de bord.

 

 

Notes d'été # 2Notes d'été # 2

Oublier un temps le ménage ou le rangement, s'installer à l'ombre avec un nouveau titre voyageur des 68 premières fois.

 

Voir les commentaires

Notes d'été # 1

2 Août 2015, 22:22pm

Publié par Laure

Dimanche 2 août, soleil, 32° à 19h.

 

C'est le Jour 1, celui qu'on retient.. euh non, 1er jour de congés, ça suffira...

 

Finir un premier roman qui s'inscrit dans l'été des 68 premières fois, mon premier du projet, avec le thé du petit déjeuner.

Lu en streaming (je ne connais pas pire outil de lecture que le streaming !) grâce à un concours gagné sur la page Facebook des éditions Belfond, permettant de lire en avant-première quelques unes de leurs publications de la rentrée. J'en reparlerai à parution.

 

 

 

 

 

Notes d'été # 1

 

Finir d'aider Fiston à achever la corvée saisonnière : tailler les haies. Merci au collègue qui m'a prêté une tronçonneuse. Tailler, couper, élaguer n'est pas le souci. Evacuer le tout quand on n'a pas de remorque et que la Ville ne met rien en place pour l'enlèvement des déchets verts est notre calvaire annuel.

 

Partir visiter le nouvel appart en coloc de Fiston, y récupérer dans ses affaires ce qu'il a désormais en double ou triple avec les colocs pour l'emménagement de sa soeur à la rentrée. Un four micro-ondes, une couette, une passoire, une bouilloire, et trois ratons laveurs.

 

Se laisser conduire sur les 200 km de l'aller. C'est si rare que je sois passagère !

 

Avant de laisser Fiston à la gare dans le train qui le ramènera à Paris où il travaille en alternance, se balader tous ensemble. Avoir l'impression de rôtir au soleil en marchant. Une glace, un Perrier en terrasse. Reprendre la voiture à 19h30, 32° à l'ombre encore. Avaler les 200 km du retour. Etre trop fatiguée pour commencer un nouveau roman.... se contenter de quelques vidéos de booktubeuses.

 

A vous de deviner en images où nous étions.

 

 

Notes d'été # 1
Notes d'été # 1Notes d'été # 1
Notes d'été # 1
Notes d'été # 1

Voir les commentaires

Juillet 2015 en couvertures ...

1 Août 2015, 17:24pm

Publié par Laure

En juillet, j'ai lu :

 

(les images sont cliquables et renvoient à mon billet quand il y en a un) :

 

 

 

 

 

En juillet, j'ai vu :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Emily et tout un tas de choses – Piret Raud

29 Juillet 2015, 13:43pm

Publié par Laure

Traduit de l'estonien par Olek Sekki

 

Emily est un poisson qui vit au fond d'une grande mer toute grise. Tous les matins, elle se lève, se brosse les dents, et part faire un tour pour ramasser toutes sortes de choses, tous les objets abandonnés qu'elle peut trouver au fond de l'eau. Des jolies choses, des choses utiles, des choses bonnes pour la santé et d'autres mauvaises, mais à vrai dire, plein de choses qui n'ont rien à faire là.

Un beau jour, elle trouve une bouteille qui contient un message : « Je suis la chose la plus importante qui soit et si je vous écris, c'est pour que vous m'aidiez à me retrouver car je suis perdue. » Emily va donc se mettre en quête de cette chose capitale, mais va peiner à la trouver... à moins que.... et si cette chose, c'était elle-même ?

 

Un album au trait fin, épuré, tout de noir délicat teinté de vert de-ci de-là, un album bicolore tout simple pour dénoncer en douceur la société de surconsommation et la pollution des océans, bref, les dégâts des hommes.Et redonner de la valeur aux choses qui en ont : l'être humain, le savoir, la lecture, l'écriture.... Etre plutôt qu'avoir !

 

Un très bel album dont l'illustration met en valeur le texte, et observez bien le vert, judicieusement placé. Une jolie découverte, d'une auteure-illustratrice estonienne que je ne connaissais pas du tout mais dont je surveillerai le travail désormais.

 

 

Rouergue, février 2015, 36 pages, prix : 13 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Piret Raud et éd. du Rouergue

 

Voir les commentaires

L'été des 68 premières fois

28 Juillet 2015, 15:08pm

Publié par Laure

Crédit: Agnès Druesne

Crédit: Agnès Druesne

J'avais pourtant dit (en tout cas pensé) : les challenges, c'est fini ! Les lectures qui deviennent corvée, non merci.

 

Mais ça, c'était avant.

 

Avant de suivre l'enthousiaste et insatiable Charlotte, qui lançait début juillet ce pari fou : l'envie de lire les 68 premiers romans français qui paraitront à la rentrée, entre la mi-août et la mi-octobre pour la plupart. Mais elle craignait de ne pas y parvenir toute seule (mouais, je suis sûre qu'elle y arrivera !), et voilà que chacun chacune y est allé de son petit mot, moi par exemple, je suis bien incapable d'en lire 68, mais si je peux n'en lire que deux ou trois, je veux bien ajouter ma pierre à l'édifice. Et les petites pierres amassées...

 

Le projet a pris de l'ampleur, avec des partenariats, des éditeurs enthousiastes, des services de presse qui voyagent, des rencontres attendues.... cela n'aurait rien d'étonnant si c'était organisé par un site participatif classique, mais tout cela mené de main de maître par une seule personne, en un temps si court, moi je dis "Bravo Charlotte" !

 

Et infiniment merci pour tous les bonheurs que tu nous procures, notamment cet enthousiasme pour la curiosité constante, hors des sentiers battus, l'envie de découvrir ces 68 premières plumes encore fraiches et de leur donner une meilleure visibilité pendant le grand bal d'automne.

 

Il y aura sûrement des déceptions mais sans aucun doute des surprises, des découvertes qui frappent en plein coeur et qu'on n'aurait pas faites sans cette folle idée.

 

Les lectures commencent, nous sommes 40 dans l'aventure, un peu partout en France, et lorsque vous verrez le logo ci-dessus apparaître dans un billet lors de la rentrée littéraire, vous penserez à Charlotte l'insatiable et à son talent de magicienne.

Les billets seront relayés sur un groupe Facebook public et sur le site Lecteurs.com, pour que tous puissent en profiter.

 

Encore une semaine de travail et je profiterai de l'été, le nez au vent, plus sûrement sous la canicule romaine puis tarnaise, mais à la fraiche, il y aura des premières fois. Plein de premières fois.

 

Voir les commentaires